Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

TBM 940 : formidable!

Il ne manquait à cet avion, qui fait rêver tous les pilotes, que l’automanette : Jacques Callies, premier invité de l’usine, nous r...

Lire l'article

Quels sont les standards 2020 ?

Quel que soit l’avion sur lequel nous volons aujourd’hui, l’avionique est un sujet central, qui peut même conduire à des confron...

Lire l'article

Faire évoluer la réglementation

Les salons de l’été sont aussi l’occasion d’en apprendre davantage sur les différents organismes, fédérations et associatio...

Lire l'article

50 nuances d’aviation générale

Vous êtes pilote avion ou ULM ? Un de ces jours vous serez séduit par l’hélicoptère. Vous ne l’êtes pas encore ? Il n’y a...

Lire l'article

Courchevel, l’accident édifiant

En février, un Piper Malibu arrive comme une balle sur l’altiport de Courchevel. Il efface la piste et finit dans la neige. L’avion ava...

Lire l'article

Les nouveaux cadets

Une partie des cadets est formée à l’EPAG NG, le lieu historique de cette sélection à part. Ici, on reçoit plutôt ceux qui ont déj...

Lire l'article

L’adaptation en ligne

L’entrée en compagnie est toujours une forme de challenge avec l’entretien d’embauche et le simulateur dédié. Après la QT, l’ada...

Lire l'article

Trouvez votre métier

L’industrie aéronautique est à flux tendu : elle a besoin d’intelligence, de passion, de curiosité et d’esprits innovants pour pr...

Lire l'article

Le tour du monde en Pilatus PC-12

Georges Adam est un Français installé au Québec depuis plusieurs années. Pilote d’affaires et de brousse, il a accompagné le proprié...

Lire l'article

Le CdB est responsable

Tout d’abord, je tiens à rappeler que je ne suis pas du genre à hésiter devant la complexité d’un vol, et je crois l’avoir prouvé en traversant l’Atlantique nord des dizaines de fois, aux commandes de monomoteurs pistons, et même une fois de nuit, bien obligé quand Gilles Khaïat et moi-même avons volé non-stop de New York à Cannes avec le Mooney. Et, pourtant, malgré ma confiance, née de plusieurs décennies à pratiquer l’aviation générale assidûment, il y a encore une envie que je n’ai pas réussi à assouvir, celle de terminer mon autorisation de site Courchevel.

La première raison est la durée de la formation que j’avais entreprise chez Alpine Airlines, école agréée sur Courchevel. Entre la partie théorique et les tours de piste en Cessna 172 pour comprendre l’approche et l’atterrissage, je n’ai pas eu le temps de terminer car mes trois atterrissages réussis n’ont pas été jugés probants puisque la stabilité de l’air ce jour-là ne m’avait pas permis de déjouer d’éventuels pièges aérologiques, ce qui n’allait pas manquer d’arriver puisque 20 tours de piste étaient prévus sur plusieurs jours dans mon forfait. J’ai hélas dû repartir avant, car j’allais devenir grand-père et cela, c’était prioritaire.

La seconde était le fait que, une fois qualifié, et si je voulais revenir me poser en Mooney, il me faudrait m’y préparer et être accompagné par un instructeur à partir de Chambéry, ce qui était du reste prévu dans mon forfait formation.

Vous comprenez donc pourquoi j’ai été désolé d’apprendre, à propos du dernier atterrissage manqué survenu à Courchevel, que le jeune CdB du Piper Malibu s’était formé plutôt rapidement sur un avion idéal pour la montagne, un « Mousse », puis était revenu s’y poser quelques mois plus tard avec un mini-avion d’affaires, et très peu d’expérience sur la machine, ce qui n’a pas été difficile à savoir puisque le propriétaire de l’avion affrété est un lecteur et qu’il m’en a aussitôt prévenu.

Était-ce raisonnable ?

Nous avons donc enquêté sur cette affaire, car elle comportait énormément d’éléments pour le moins troublants et nous la publions dans ce numéro. Notre seul regret, c’est de n’avoir pu joindre les pilotes qui sont depuis aux abonnés absents. Certains de nos amis auraient souhaité que l’on se dispense de cette enquête, selon le principe qu’on ne tire pas sur une ambulance. C’est un point de vue, mais je pense que cette histoire donne vraiment à réfléchir.

D’abord sur l’aviation générale, qui n’a plus la cote comme je l’écrivais il y a deux mois, dont l’aire de jeu ou d’évolution, selon qu’on pratique l’aviation de loisirs ou d’affaires, coincée entre drones et avions de ligne, est vampirisée petit à petit, lorgnée par les rapaces bipèdes, surveillée de l’administration, jalousée par ceux qui se refusent à comprendre notre plaisir. Comment la défendre efficacement si nous ne visons pas l’excellence, histoire d’être les moins mauvais possible quand survient l’imprévu ?

Ensuite sur le délicat métier d’instructeur, sur celui qui se sent toujours responsable de ce qui arrive à son élève et qui s’inquiète autant que ce dernier le jour de son premier solo. Dans tous les cas, c’est un homme compétent, compte tenu de la formation implacable par laquelle il doit passer pour le devenir – il est pourtant bénévole dans 90 % des cas, corvéable à merci, car l’élève en formation ne tolère pas ses absences. J’en ai pris vraiment conscience en me préparant à suivre une formation d’instructeur de qualification de classe (CRI) puisqu’il m’arrive souvent de voler en tant que safety pilot. Mes amis se plaignant parfois de mon manque de pédagogie lorsque je leur dis qu’ils font n’importe quoi, j’ai donc décidé de retourner à l’école Aéropyrénées et d’y apprendre les fondamentaux de l’instruction.

Ceci dit, ce n’est pas gagné car j’ai déjà dû repasser l’épreuve écrite d’entrée en stage. Côté pratique, j’ai été jugé apte du premier coup même si j’ai lu sur la feuille de mon testeur : quel cirque! Une simple affaire d’appréciation sur le fort vent plein travers ce jour-là, qui ne m’avait pas gêné, mais qui aurait dû faire partie des « threat and error management » (TEM). Maintenant, il va falloir que je trouve du temps mais je suis motivé par l’idée de vous raconter l’aventure et, peut-être, d’en inspirer certains car l’aviation générale manque cruellement d’instructeurs en cette période de tension dans l’aérien.

Je veux croire en la nécessité de dire les choses même si tout le monde ne nous lit pas. N’avais-je pas raconté que chaque accident à Courchevel est induit par un pilotage sans aucun rapport avec l’enseignement qui a été dispensé lors de la délivrance de l’autorisation de site, au point que les pompiers sont en alerte, préparés au pire, quand est annoncé tel habitué, au pilotage imprévisible ?

Jacques CALLIES

Print Friendly, PDF & Email

Actualités

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • LIRE CE RÉCIT
    Week-end à Longyearbyen
    Rejoindre l’archipel du Svalbard et l’Île du Spitzberg en moins de deux jours, c’est le pari réussi de quatre amis. Jacques Callies nous raconte ce vol à travers la Norvège, du sud à l’extrême nord, vers l’un des secteurs les plus beaux de la planète, où l’accueil norvégien est...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Convoyeur de TBM
    Le ferry pilot fait partie d’une espèce privilégiée. Il reste le seul professionnel payé pour piloter des avions de tous types, dans des conditions compliquées, partout à travers la planète. Jacques Callies a voyagé vers Miami en TBM 930 aux côtés de Jacques Raissiguier, dit Jack.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Let's fly away to the sun !
    Partir à l’aventure le nez au vent ou plutôt tourné vers le soleil, sans effectuer aucune réservation, tel a été le choix de Fred et de Nico cette année. Une sage décision quand on pratique le voyage VFR puisque leur tour de France s’est transformé en navigation vers la Suède.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Iles Feroe, Vagar, si désiré
    Vágar, le seul aérodrome des Îles Féroé, est l’escale rêvée lorsque l’on vole vers l’Islande. Malheureusement, pluie et brouillard recouvrent le secteur 260 jours par an en moyenne. Le rêve de Jacques Callies était donc de pouvoir enfin s’y poser. Récit d’un vol assez compliqué.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
Continental juin 2019
a et p facebook
Print Friendly, PDF & Email