Promo Ailes

Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

Une question de génération

L’insoumission est la solution ! Voilà ce que clamait une banderole déployée Place de la République à Paris début avril où des milliers de jeunes, d’une moyenne d’âge entre 20 et 30 ans selon les médias, passent encore la nuit debout à débattre, échanger des idées, repenser notre société et accessoirement faire la fête. La formule est sympathique mais à y réfléchir, l’insoumission m’apparaît immédiatement comme synonyme de désobéissance, d’insubordination ou d’indiscipline, ce qui est en contradiction avec l’ordre établi nécessaire à notre société et bien sûr à la pratique de l’aviation qui repose sur le respect absolu des textes réglementaires, des moyens et des méthodes de pilotage.

Pourtant, j’ai repensé immédiatement à ce slogan après avoir reçu un appel de Youssef Oubihi, le fondateur de la plate-forme de coavionnage Coavmi, qui m’exhortait à me montrer moins frileux sur le sujet des vols partagés, voire à en encourager la pratique. Peut-être vous souvenez-vous qu’en octobre dernier j’avais certes présenté Coavmi, mais en dénonçant les risques inhérents à un coavionnage sous la forme « BlaBlaCar ». C’était certes un bon plan pour permettre aux pilotes de voler beaucoup plus, mais à risque au niveau responsabilité civile et pénale puisque la DGAC estime que le partage des coûts d’un vol n’est autorisé que dans le cadre familial ou amical.

Youssef Oubihi est à l’âge où l’insoumission semble une solution potentielle. Ayant jugé la DGAC trop timide sur le sujet, il a questionné Patrick Ky, directeur de l’EASA, afin d’obtenir l’assurance que sa plate-forme Coavmi était bien conforme à la réglementation européenne. La réponse qui lui a été faite personnellement étant positive, Coavmi a donc continué son activité.

Pourtant il me semble bien que l’État français est toujours souverain sur son territoire, même si l’Europe lui a un peu restreint son champ d’intervention. Aussi, avant d’aller à la bagarre, mieux vaudrait y réfléchir à deux fois : j’ai dans mes archives quelques courriers de la DGAC assez clairs sur le sujet de la souveraineté nationale. C’est ce que je lui ai dit, entre autres choses. Mais, contrairement à moi, Youssef a 30 ans, il est plein d’optimisme, d’énergie, de modernisme. Il m’a donc répondu : « La formation des pilotes privés est bien meilleure aujourd’hui… Le concept d’ami n’est plus le même que de votre temps… En fait, il y a une vraie frontière générationnelle entre nous, les plus de cinquante ans refusent d’accepter le fait que le monde est en train de changer fondamentalement. Cela les rend frileux, qu’il s’agisse de l’administration, aux USA comme en France du reste, ou bien des professionnels qui préfèrent pratiquer le lobbying plutôt que de se réorganiser… »

Youssef Oubihi a raison sur ces points, et même sur celui de la formation des pilotes privés qui est certainement plus professionnelle qu’au siècle dernier. De plus, l’économie collaborative qu’il défend ardemment avec Coavmi est effectivement dans un état de santé insolent, en plus réinventée chaque jour par des moins de trente ans.

Néanmoins, plus que l’âge, mon excuse est qu’en matière d’aviation, je reste sensibilisé par les sinistres que nous avons suivis en 40 ans, les conflits entre les propriétaires d’avion et leurs assureurs, les pilotes et l’Autorité ; et les procès aux indemnités phénoménales intentés par les ayants droit d’accidents aériens qui ont eu la peau de particuliers et ont bien failli avoir celles de grands constructeurs. Peut-être ai-je peur aussi que les passagers transportés via Coavmi considèrent leurs pilotes comme des riches et qu’ils leur fassent rendre gorge en cas de problème. Car notre société s’est judiciarisée.

Mais peut-être est-il temps aussi qu’arrivent des masses d’Oubihi enthousiastes pour que les frontières bougent enfin. Il faut à notre société la fougue des jeunes, leurs idées décapantes mais je leur suggère de prendre en compte l’expérience de leurs aînés car en l’état des règles actuelles, les risques qu’ils prennent me semblent démesurés.

Nos dernières publications

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • Aviation-et-Pilote
    LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    LE CAP NORD EN R22
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Duis mattis luctus odio id tempor. In metus nulla, auctor eget pharetra ac, sagittis id felis. Mauris rhoncus, diam id vehicula rutrum, lectus arcu porta quam, eget feugiat erat nulla sit amet augue. Praesent a urna non enim varius placerat.
    Lire la suite...