Shell Juin

Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

J’ai testé le régime CGT

Samedi dernier, les 58 avions qui formaient la caravane du Grass Cockpit Warter Tour se sont retrouvés à Belfort, coincés entre les Vosges et le Jura du fait de plafonds bien trop bas pour redécoller vers Salon-Eyguières. En attendant que Philippe Favarel, l’inventeur du Grass Cockpit, prenne la décision de poursuivre ou non cette compétition basée sur le régime de vol VFR, l’un des participants m’a demandé si je tenais déjà mon prochain édito. Je lui ai répondu que je comptais titiller les contrôleurs aériens, parler d’un vol récent en régime CGT.

Devant son air ahuri, un peu comme si je m’apprêtais à commettre un crime abominable, je lui ai fait lire un SMS reçu d’un contrôleur le mercredi 25 mai, la veille d’un aller-retour Toussus – Biggin Hill via Lille : « Demain jeudi, ce n’est pas une vraie grève ATC mais un mouvement relayé par la CGT maison. Il y a un fort mécontentement en ce moment d’où un risque de francs-tireurs. D’une manière générale, Lille est souvent fermé lors des grèves CGT ou autre, donc il y a un risque clair par rapport à ton étape. Par contre, oublie de partir les 3, 4 et 5 juin prochains car si le SNCTA ne se débine pas une fois encore, là, ce sera une boucherie ! »

Nous avons pris le risque de décoller et on a bien fait car nous avons rempli notre mission, malgré la fermeture de Lille entre midi et 14 heures, et malgré des slots. Nous avons réussi grâce à une base de nuages juste suffisante pour nous permettre de transformer des plans de vol IFR en VFR et grâce à la compréhension d’un gréviste qui nous a permis de redécoller alors que son aéroport venait de fermer.

Si la France est un pays de culture du conflit bête et méchant, les individus pris individuellement sont souvent épatants, et les contrôleurs plus que les autres. Nous en sommes sûrs depuis toujours, j’en ai encore eu la preuve ce dimanche. Entre Belfort et Le Touquet, alors que nous grimpions trop lentement à trois dans un Mooney plein de bagages vers le FL130, sans pouvoir changer de cap du fait des cellules orageuses qui nous encadraient, la contrôleuse a fait stopper les tirs militaires qui avaient lieu dans le secteur de Vatry. Plus tard, comme je rentrais vers Toussus, dans la couche avec la même météo compliquée, apprenant que je n’avais pas de radar alors que les vols Air France et consorts annonçaient des « 20° à gauche ou à droite pour évitement », les contrôleurs de Paris m’ont proposé une trajectoire de vol si paisible que je m’en suis ému : « N77GJ, on n’allait quand même pas vous envoyer dans le noir ! » C’est cela, un contrôleur : une mère, un frère, un ange gardien.

Mais le même contrôleur a aussi un pouvoir de nuisance incommensurable lorsqu’il décide, avec ses 4 000 autres potes, de se mettre en grève, parfois sans qu’on sache vraiment pourquoi. À ce sujet, il y a une blague qui court chez les Anglais : « Pour connaître les dates des vacances scolaires en France, il suffit de vérifier les préavis de grève des contrôleurs français ! » Même s’il y a généralement un fond de vérité dans chaque blague, c’est injuste car il y a quand même plus de vacances scolaires que de préavis de grève. En plus, la méthode n’est pas sûre car les contrôleurs se mettent aussi en grève en dehors des vacances scolaires !

Trêve de taquinerie, à Lille, les contrôleurs, que nous savons très occupés, ne demandent ni argent, ni avantages mais simplement le personnel suffisant au fonctionnement d’une salle de contrôle radar distincte de la tour de contrôle. Cela semble incroyable qu’ils n’en aient pas une quand on connaît à la fois leur charge de travail et la gabegie publique dénoncée par la Cour des Comptes chaque année. C’est vraisemblablement très frustrant pour eux, ce qui ne les empêche pas de toujours rester aimables et efficaces, voire habiles.

Mais nous aimerions bien que ces ingénieurs du contrôle aérien imaginent d’autres manières de négocier que les grèves car le régime de vol CGT, ce n’est pas idéal et cela dépend aussi de la météo. Un autre sujet qui fâche en ce moment !

Nos dernières publications

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • Aviation-et-Pilote
    LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    LE CAP NORD EN R22
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Duis mattis luctus odio id tempor. In metus nulla, auctor eget pharetra ac, sagittis id felis. Mauris rhoncus, diam id vehicula rutrum, lectus arcu porta quam, eget feugiat erat nulla sit amet augue. Praesent a urna non enim varius placerat.
    Lire la suite...