Les pilotes d’hélicoptère de plus de 20 000 heures de vol ne sont pas légion. De plus, ces oiseaux rares ne persistent pas tous, à l’heure de la retraite, à tâter du collectif et du cyclique. Or les trois pointures dont il est question ici continuent à voler, et même à transmettre leur immense savoir. Michel Anglade, Jean-Claude Pruniaux et René Romet font donc partie de cette phalange de pilotes auxquels la communauté des voilures tournantes, et plus largement celle des hommes de l’air, voue une admiration et un respect sans réserve. Tous trois issus de l’Aviation légère de l’armée de terre (Alat), ils n’ont été rendus à la vie civile que pour embrasser des carrières certes différenciées, mais entièrement consacrées à l’hélico. Ou, plus exactement, aux missions dévolues à ces turbulentes machines. Faut-il préciser que les trois compères, par-delà les années, sont restés liés par une solide amitié ?

[…]