TRIG sept-nov 19

Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

Le tour du monde en Pilatus

Georges Adam est un Français installé au Québec depuis plusieurs années. Pilote d’affaires, il a accompagné le propriétaire d’un P...

Lire l'article

Romain, enfin chez Air France

Il a suffi d’un vol privé aux USA pour lui donner ce goût de l’air. Sans penser au départ à être pilote de ligne, il a su saisir la...

Lire l'article

ULM : 525 kg, c’est passé

Le salon des ULM de Blois sera très certainement l’occasion de parler de la nouvelle limite de poids. Peu de machines seront officielleme...

Lire l'article

Runway markings

L’instructeur Yves Brucker propose de revoir la signification des principaux marquages au sol présents sur les pistes....

Lire l'article

J’ai volé sur Waco hydro

Waco Aircraft Corporation prétend construire le plus bel avion du monde. Prétentieux ? Dominique Pichon est allé piloter en Floride le de...

Lire l'article

Le célèbre Zapata

Devant le président Macron, lors du 14 juillet, Franky Zapata a pu démontrer l’extraordinaire mobilité de son Flyboard Air. Durant l...

Lire l'article

Oshkosh électrique

Pour la 50e fois cette année, l’Experimental Aircraft Association (EAA) accueillait à Oshkosh, Wisconsin, le plus grand rassemblement mo...

Lire l'article

Piper M500

Après les essais des M350 et M600, il nous manquait le M500, le monoturbine d’entrée de gamme du constructeur américain Piper Aircraft....

Lire l'article

Jeune Greta, retourne à l’école !

Serait-ce dû à l’effet Greta Thunberg, toujours est-il que, cet été, pour la première fois de ma vie, j’ai décliné l’invitation qui m’avait été faite d’embarquer pour quelques jours sur le voilier d’un ami qui croisait dans les Cyclades. Pourtant, comme la plupart des pilotes, j’adore naviguer, un voilier, c’est aussi beau qu’un avion, c’est intéressant à barrer et à faire naviguer et la mer Égée est capable de vous offrir des moments de grâce absolue.

Si c’est le cas, cela signifie que, de manière inconsciente, l’idée de me rendre à Athènes par la ligne pour quelques jours de plaisir m’a paru cette fois déplacée alors que je l’ai fait des dizaines de fois sans complexe. Je suis donc fort contrarié de m’être fait manipuler par une gamine à nattes de 16 ans, moi qui respire l’aviation, sous toutes ses formes, et sans aucun complexe, depuis ma prime enfance.

J’en veux d’autant plus à Greta que c’est elle qui navigue en ce moment vers New York alors que je suis sagement à la maison par sa faute : une transat, en plus sur un voilier de milliardaire, qui n’en a pas rêvé ? Probablement Greta, je le suppose du moins, car la présence à bord du Malizia II de la jeune activiste suédoise – je l’admire quand même parce qu’elle a osé faire la grève de l’école, ce dont je n’ai fait que rêver à son âge – n’a été justifiée que par la nécessité qu’elle rejoigne l’ONU avec un bilan carbone nul.

Bon, c’est raté, on sait, grâce au journal allemand Die Tageszeitung, qu’il sera pire que tout, puisqu’il faut intégrer le rapatriement de son voilier et le voyage en avion vers New York de 5 personnes, sans compter le retour du navigateur. Je me dois donc de lui poser une question : « N’eut-il pas été plus simple, Greta, que tu achètes un «stand-by ticket» pour New York et embarques dès la première place disponible? Comme il est probable que cette catégorie tarifaire, intéressante car à bas prix, mais aléatoire par principe, n’existe plus, c’eut été l’occasion d’en démontrer l’intérêt écologique: des avions de ligne complets, n’est-ce pas une manière intelligente de diminuer l’empreinte carbone par passager»

Ceci posé, Greta, sous prétexte qu’elle refuse obstinément de monter dans un avion, est-elle pour autant seule responsable de l’aviation bashing qui se répand, en France comme ailleurs, et qu’il faut combattre car son impact négatif a été démontré, alors qu’il est inique. Ne serait-ce pas plutôt la presse dite grande, par une médiatisation outrancière de cette jeune héroïne au regard d’acier, qui serait responsable de l’emballement actuel, qui risque d’avoir des conséquences catastrophiques sur l’aérien, et forcément sur l’ensemble de nos activités si elle n’y met pas un terme rapidement ? D’autant plus que l’argumentaire de ce nouveau courant de pensée est basé sur des statistiques tronquées, ou tendancieuses, voire complètement fantaisistes.

J’aurais tendance à le croire à en juger par un autre emballement médiatique récent, en contradiction complète avec l’Évangile selon Sainte Greta, je veux parler des heures de télévision en direct consacrées à Franky Zapata lorsque celui-ci s’est attaqué à deux reprises à la traversée de la Manche avec son Flyboard Air. Certes, c’était passionnant et médiatiquement justifié car nous portons tous en nous le rêve d’Icare ; de plus, le gars est inventif, courageux et persévérant. Mais son Flyboard, franchement ? L’engin n’a rien d’écologique, il est aussi bruyant qu’un Mirage III et il brûle un kérosène honni que les écolos français ne rêvent que de taxer à mort. De ceci, nul n’a vraiment parlé. Ni du fait que ses applications pratiques semblent bien limitées, alors que l’engin a été subventionné à hauteur de 1.3 million d’euros par la DGA, donc par les contribuables que nous sommes.

La Grande Presse est versatile, on le sait. Nous aimerions donc qu’elle fasse ses choux gras d’une étude récente, celle du chercheur germano-américain Gerhard Fettweiss qui a calculé que la consommation électrique du web atteindrait en 2030 la consommation électrique mondiale de 2008, tous secteurs confondus, l’Internet devenant la première source mondiale de pollution. Et aussi qu’en matière d’émissions de CO2, la toile pollue 1,5 fois plus que le transport aérien ! Il n’est même pas besoin de parler de la pollution générée par le transport maritime et son bunker fuel qui occupe la première place, et de loin, de ce triste classement. Que la Grande Presse mette plutôt en avant le fait qu’avec les taux de remplissage moyen des avions, le transport aérien ne représente que 4 à 5 % de la pollution globale.

Il nous semble aussi nécessaire que Greta Thunberg continue de fréquenter l’école pour apprendre à calculer correctement et à mieux choisir les cibles de ses combats.

Jacques CALLIES

Print Friendly, PDF & Email

Actualités

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • LIRE CE RÉCIT
    Week-end à Longyearbyen
    Rejoindre l’archipel du Svalbard et l’Île du Spitzberg en moins de deux jours, c’est le pari réussi de quatre amis. Jacques Callies nous raconte ce vol à travers la Norvège, du sud à l’extrême nord, vers l’un des secteurs les plus beaux de la planète, où l’accueil norvégien est...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Convoyeur de TBM
    Le ferry pilot fait partie d’une espèce privilégiée. Il reste le seul professionnel payé pour piloter des avions de tous types, dans des conditions compliquées, partout à travers la planète. Jacques Callies a voyagé vers Miami en TBM 930 aux côtés de Jacques Raissiguier, dit Jack.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Let's fly away to the sun !
    Partir à l’aventure le nez au vent ou plutôt tourné vers le soleil, sans effectuer aucune réservation, tel a été le choix de Fred et de Nico cette année. Une sage décision quand on pratique le voyage VFR puisque leur tour de France s’est transformé en navigation vers la Suède.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Iles Feroe, Vagar, si désiré
    Vágar, le seul aérodrome des Îles Féroé, est l’escale rêvée lorsque l’on vole vers l’Islande. Malheureusement, pluie et brouillard recouvrent le secteur 260 jours par an en moyenne. Le rêve de Jacques Callies était donc de pouvoir enfin s’y poser. Récit d’un vol assez compliqué.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
Total juillet 2019
Continental sept. 2019
a et p facebook
Print Friendly, PDF & Email