Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

Texas Aircraft Colt S

D’origine brésilienne, cet appareil est construit, comme son nom l’indique, au Texas. Certifié dans la catégorie Special Light Sport ...

Lire l'article

Bendix-King

Lorsque l’on parle d’avionique, on a tendance, aujourd’hui, à faire référence uniquement à Garmin. Pourtant, il existe encore qu...

Lire l'article

Veiller 121,5 MHz

Un balisage de piste qui refuse de s’allumer lors d’une approche en auto-information, du mauvais temps qui rend difficile le travail à ...

Lire l'article

Nettoyer son intérieur

Nettoyer l’intérieur d’un avion ne se limite pas à un coup d’aspirateur. Des techniques venues du monde automobile viennent au s...

Lire l'article

Fly & Business club

Une importante partie des pilotes privés sont des individus à haut revenu, souvent des entrepreneurs. Et ces mêmes entrepreneurs sont, pa...

Lire l'article

La sortie de piste

Olivier Demacon, pilote professionnel et instructeur, profite de l’actualité pour revenir sur la sortie de piste : pourquoi a-t-elle li...

Lire l'article

Rassemblement de Cholet

Le week-end des 23 et 24 mai, l’aérodrome de Cholet accueille le rassemblement européen des voilures tournantes. Grande nouveauté...

Lire l'article

Airbus Flight Academy Europe

À Angoulême, Airbus s’est appuyée sur l’une de ses filiales, Cassidian, pour créer sa première école européenne de formation de p...

Lire l'article

Le Salon des formations et métiers aéronautiques

Notre salon est plus que jamais « the place where to be » pour faire décoller sa carrière dans l’aérien. Les exposants ont été assa...

Lire l'article

Compétences non techniques

Un pilote de ligne est titulaire du CPL/IR/ME au minimum. Le sésame pour la carrière. Aujourd’hui, il semble que cela ne suffise plus po...

Lire l'article

Belle Scandinavie

En septembre dernier, Tore et Guy sont de nouveau aux commandes de leur C172 pour visiter la Scandinavie : 9 étapes et, au total, 23 heures...

Lire l'article

Justice à l’italienne

Certains passionnés de la chose aéronautique que nous côtoyons depuis des années forcent notre admiration tellement leur engagement est total, voire jusqu’au-boutiste ! Je me sens petit, frileux, décalé car je m’efforce à une aviation raisonnable alors que ces gars-là sont prêts à mettre en jeu leur licence, leur métier, et donc leur confort, pour quelques instants de bonheur et de grands frissons.

En m’approchant de mon clavier pour vous entretenir du cas de Philippe Michel, un oublié de la République française – un pilote d’Air France condamné récemment à 6 ans et 8 mois de prison ferme à la suite de la collision entre son Mousquetaire à l’atterrissage et un hélicoptère au décollage sur le glacier italien du Ruitor l’année dernière – l’un de ses collègues, pilote à Air France lui aussi, m’est revenu à l’esprit : il s’agit de Patrick Fourtick, décédé des suites d’un cancer, un merveilleux fou volant qui faisait la paire avec Henri Pescarolo, le célèbre pilote auto, avion et hélico, pour des aventures aériennes majuscules.

Tôt un dimanche matin, alors qu’il venait snifer un peu d’aviation légère à Meaux-Esbly, Fourticq était tombé en arrêt devant un Fouga Magister qu’on s’apprêtait à benner parce qu’il occupait depuis trop d’années une place enviée dans un hangar. Après une rapide enquête technique, ce CdB B747 n’avait pu résister à l’appel désespéré que lui adressait le petit biréacteur, une folie car l’avion était toujours militarisé, en situation R, sans VHF, avec un carburant périmé dans les réservoirs, etc. Il s’était pourtant installé à bord, il avait mis en route les moteurs à tâtons, et comme tout était dans le vert, il avait effectué un roulage avant de s’offrir un tour de piste à la sauvette.

Malheureusement, le sifflement des réacteurs ne pouvait passer inaperçu, car un contrôleur était de faction à la tour, bien obligé d’additionner les infractions, de mémoire une douzaine au moins, et de signaler l’événement. Le dossier était arrivé à vitesse supersonique sur le bureau du directeur de l’Aviation civile, puis sur celui du ministre des Transports de l’époque, Michel Delebarre, qui l’avait classé verticalement. Heureusement pour Patrick, les esprits s’étaient calmés aussi vite qu’ils s’étaient échauffés.

Dans le cas de Philippe Michel, l’affaire est sans doute plus délicate car il y a eu collision et mort d’hommes sur ce glacier italien situé à moins d’un nautique de la frontière française. Une affaire rendue complexe par les habitudes prises de part et d’autre pour ces passages de frontière entre voisins. Cela a pourtant valu à Philippe Michel, seul survivant du crash, d’être traité comme un maffioso, sa chambre d’hôpital interdite d’accès par la police, dans une ambiance si effrayante que ceux qui l’ont approché n’ont pas tenté de revenir le voir, de peur de se retrouver placés arbitrairement en garde à vue. Puis Philippe Michel a été assigné à résidence à Aoste pendant pratiquement un an avant de se voir condamner.

Pour quelles raisons ? Pour être responsable de la collision ? Non, car les conclusions de l’enquête n’ont pas été rendues.

Alors, pourquoi est-il condamné aussi lourdement qu’un criminel qui aurait prémédité un homicide ? Pour avoir franchi la frontière sans avoir rempli de plan de vol, alors même qu’aucun lien de causalité n’a été établi ? C’est juste révoltant ! Tout le monde sait, aussi bien du côté français qu’italien, ceci depuis 40 ans au moins, que le fait de poser un plan de vol n’est qu’une formalité administrative, sans aucun impact sur la sécurité du tour de piste autour du Ruitor. Voir et éviter, telle est la règle qui est appliquée par tous.

En apprenant le traitement infligé au malheureux survivant de ce crash où deux de ses amis sont morts, je me suis senti coupable, moi aussi : que celui qui n’a pas effectué des posés au Ruitor sans FPL lui jette la première pierre ? Bon, il y en a eu pour le faire et il y en aura encore, le malheur des uns faisant le bonheur des autres.

J’avais joint Philippe Michel l’été dernier, en sa retraite forcée, pour savoir de quelle manière nous pourrions bien l’aider. Il revenait d’une séance de rééducation, il avait le moral et il m’avait dit de ne surtout rien tenter, qu’il avait accepté le principe d’une procédure simplifiée avec le procureur et que cela allait bien se passer !

Ce n’est hélas pas le cas, la peine est lourde (presque 7 ans de prison) alors que l’homicide involontaire n’est pas prouvé, que les investigations sont toujours en cours et que personne ne connaît encore les responsabilités réelles de chacun des deux pilotes.

Le verdict a été prononcé sur la base d’une enquête incomplète et donc d’un simple manquement administratif. La justice italienne est allée bien vite en besogne, ce qui n’est pas acceptable. Aussi, il nous semble temps d’en appeler pour lui à l’Autorité française.

Jacques CALLIES

 

Print Friendly, PDF & Email

Actualités

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • LIRE CE RÉCIT
    Week-end à Longyearbyen
    Rejoindre l’archipel du Svalbard et l’Île du Spitzberg en moins de deux jours, c’est le pari réussi de quatre amis. Jacques Callies nous raconte ce vol à travers la Norvège, du sud à l’extrême nord, vers l’un des secteurs les plus beaux de la planète, où l’accueil norvégien est...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Convoyeur de TBM
    Le ferry pilot fait partie d’une espèce privilégiée. Il reste le seul professionnel payé pour piloter des avions de tous types, dans des conditions compliquées, partout à travers la planète. Jacques Callies a voyagé vers Miami en TBM 930 aux côtés de Jacques Raissiguier, dit Jack.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Let's fly away to the sun !
    Partir à l’aventure le nez au vent ou plutôt tourné vers le soleil, sans effectuer aucune réservation, tel a été le choix de Fred et de Nico cette année. Une sage décision quand on pratique le voyage VFR puisque leur tour de France s’est transformé en navigation vers la Suède.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Iles Feroe, Vagar, si désiré
    Vágar, le seul aérodrome des Îles Féroé, est l’escale rêvée lorsque l’on vole vers l’Islande. Malheureusement, pluie et brouillard recouvrent le secteur 260 jours par an en moyenne. Le rêve de Jacques Callies était donc de pouvoir enfin s’y poser. Récit d’un vol assez compliqué.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
a et p facebook
Print Friendly, PDF & Email