Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

Dynamic WT9 LSA/Club

Après quelques modifications intelligentes, le slovaque Aerospool a obtenu l’année dernière la certification LSA pour son best-seller D...

Lire l'article

Les minima personnels

Breveté pilote privé après un vrai parcours du combattant, initié aux grands voyages par notre équipe, séduit par l’IR américain fa...

Lire l'article

Découvrir l’hydravion

Nous recherchons tous des sensations nouvelles pour échapper au tour de piste. Pour ceux qui seraient intéressés par une nouvelle qualifi...

Lire l'article

Le danger du mast bumping

Pilote de Robinson R22, un hélicoptère bipale, Jean-Claude Chausse a fait la désagréable expérience d’une situation de faible facteur...

Lire l'article

Les élèves mieux formés

L’arrêté concernant la formation des instructeurs est sorti en décembre et est applicable depuis le premier janvier. Il modifie assez s...

Lire l'article

Melun a de l’avenir

Cédé aux collectivités territoriales et ouvert à la CAP depuis trois ans, le terrain de Melun-Villaroche, près de Paris, dispose d’at...

Lire l'article

La filière Cadets est relancée

Nous en parlons depuis plusieurs semaines, la filière Cadets est officiellement relancée. Air France a passé un appel d’offres pour le ...

Lire l'article

J’ai volé en Polynésie

Pilote privé, Gérard Volan voyage depuis presque 50 ans. Il a souhaité réaliser un vieux rêve : louer un Piper et survoler les île...

Lire l'article

Seule la foi transporte les montagnes !

Traditionnellement, le mois de janvier est celui des vœux des ministères, et ceux de Patrick Gandil, le directeur général de notre administration de tutelle, sont écoutés avec la plus grande attention car une part importante de son discours est toujours consacrée à l’activité de l’aviation générale, ce qui n’a jamais été le cas de ses prédécesseurs qui ne s’intéressaient qu’au transport aérien. Je le dis car j’ai bien senti que cela agaçait certains de ses proches pour lesquels notre aviation est valeur négligeable. Avoir un patron qui pilote et porte de l’intérêt à tout ce qui vole, quelle incongruité ! Aussi, lorsque Patrick Gandil s’en ira, ce qui arrivera tôt ou tard, je sais que nous nous sentirons orphelins.

Les vœux du DG seront hélas prononcés trop tard cette année, ou peut-être est-ce notre magazine qui est imprimé trop tôt, aussi je ne peux que prédire à quelle sauce nous allons être croqués en 2018. Mais sans être devin, et si j’en crois les auspices, et aussi parce que je suis d’une nature optimiste, il semble bien se confirmer que les planètes sont effectivement correctement alignées.

L’abandon de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est un signal fort. Et même si certains d’entre vous m’avaient fait savoir explicitement que ce n’était pas parce que je tutoyais le « pilote Hulot » autrefois qu’on pouvait compter sur lui comme ministre d’État, je crois qu’il mérite vraiment notre très haute considération car c’est à lui que nous devons l’abandon de ce projet.

Je sais, cela fait un peu peur, d’autant ses raisons ne semblent pas être aussi claires que les nôtres. Mais, peu importe, seule la bonne fin compte.

Nous nous sommes battus bec et ongles contre ce projet et je vous invite à relire notre enquête de février 2013 « La grande menace », largement distribuée ces dernières années par des lecteurs auprès de leurs élus. Elle expliquait les dommages collatéraux sur le paysage aérien, avec la fermeture envisagée de Nantes-Atlantique, Redon, Rennes, Dinard, St Brieuc et Lannion, dans le souci de mettre en cohérence les offres des nombreuses plates-formes bretonnes. Nous y démontrions que si Nantes était dangereux, c’était des milliers d’aérodromes dans le monde qui l’étaient aussi, dont Chambéry où se posent pourtant les gros jets sans polémique. Que si Nantes était saturé à 3,5 millions de passagers (en 2011), comment l’aérodrome avait-il pu accueillir sans histoire trois fois plus de trafic pendant l’éruption volcanique islandaise de 2012 ? Que si Genève accueille 13 millions de passagers, comment y arrivait-il avec une plate-forme aussi petite que Nantes, une seule piste et les mêmes contraintes de proximité urbaine ?

Nous sommes heureux aujourd’hui de cette décision car la mère de toutes les batailles est la défense de nos aérodromes secondaires, une bataille parfaitement définie par nos amis américains qui ont connu les mêmes challenges et les ont emportés : « One mile of road leads to nowhere, one mile of runway leads to everywhere ! » Si nos aérodromes disparaissent, cela en sera fini de l’aviation générale et personne ne peut imaginer les dommages sur l’emploi et même le transport aérien dans son ensemble.

Nous sommes aussi heureux pour nos amis de Nantes-Atlantique maltraités, aussi bien les professionnels que les usagers, que nous avions sentis meurtris et abattus devant « une issue tragique inéluctable ». Ils avaient simplement oublié que seule la foi transporte les montagnes !

Les planètes sont correctement alignées, c’est d’accord, mais cela ne veut pas dire que le temps en France est au beau fixe, au point de ne plus fournir à la National Oceanic Atmospheric Administration les METAR des aérodromes français depuis ce 9 janvier. Comme c’est la NOAA qui dispache la météo auprès de nos opérateurs habituels et aussi dans les cockpits, c’est devenu assez compliqué de voler avec des METAR toujours « expired ».

Excès d’optimiste administratif ? Je pencherais plutôt pour un petit bug qui arrive à point nommé pour nous prouver que tout compte en aviation !

Jacques Callies

Actualités

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • LIRE CE RÉCIT
    Convoyeur de TBM
    Le ferry pilot fait partie d’une espèce privilégiée. Il reste le seul professionnel payé pour piloter des avions de tous types, dans des conditions compliquées, partout à travers la planète. Jacques Callies a voyagé vers Miami en TBM 930 aux côtés de Jacques Raissiguier, dit Jack.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Let's fly away to the sun !
    Partir à l’aventure le nez au vent ou plutôt tourné vers le soleil, sans effectuer aucune réservation, tel a été le choix de Fred et de Nico cette année. Une sage décision quand on pratique le voyage VFR puisque leur tour de France s’est transformé en navigation vers la Suède.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Iles Feroe, Vagar, si désiré
    Vágar, le seul aérodrome des Îles Féroé, est l’escale rêvée lorsque l’on vole vers l’Islande. Malheureusement, pluie et brouillard recouvrent le secteur 260 jours par an en moyenne. Le rêve de Jacques Callies était donc de pouvoir enfin s’y poser. Récit d’un vol assez compliqué.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
Vol de nuit