TRIG MARS 2019

Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

Beechcraft G36

L’un des avions les plus mythiques est toujours au goût du jour. Robuste, maniable et confortable, le Beechcraft Bonanza G36 est désorma...

Lire l'article

La neige, ça se gère !

Faut-il investir dans du matériel pour déblayer au lieu de fermer l’aérodrome ? Certains gestionnaires pensent que non car c’est tr...

Lire l'article

Piloter sa panne moteur

Quel pilote ne pense pas à la panne moteur quand il est en voyage, souvent avec femme et enfants ? Pour ne plus la craindre, il suffit de l...

Lire l'article

Equipements connectés

L’avionique moderne a détrôné la traditionnelle. Tout le monde pensait que nous entrions dans l’âge d’or des avions intellig...

Lire l'article

7600 visiteurs !

En cette période de conjoncture favorable, plusieurs milliers de visiteurs ont trouvé la bonne « voix » pour s’informer le temps d’u...

Lire l'article

Cassio, futur hybride

Après l’E-Fan, Jean Botti présente un nouveau projet, un multimoteur basé sur une cellule de Cessna 337 Skymaster et disposant d’un...

Lire l'article

A quand les taxis volants ?

Les projets industriels de véhicules à décollage et à atterrissage vertical autonomes se multiplient autour du monde. L’idée est, à ...

Lire l'article

Décoller/Atterrir en IFR

L’instructeur Yves Brucker revient sur quelques points de réglementation concernant le vol IFR en aviation générale....

Lire l'article

Fin de silence à Toussus

Après trois ans de négociation, un nouvel arrêté a été adopté : les vols du dimanche sont de nouveau autorisés sous certaines condit...

Lire l'article

Pénurie d’instructeurs

Depuis plusieurs mois, les signes ne trompent pas. Les instructeurs se raréfient dans les clubs. Un mouvement qui pourrait mettre à mal no...

Lire l'article

Trek Aéro Afrique

Catherine a participé avec son mari et six autres pilotes au Trek Aéro Afrique 2018. Six pays traversés, 13 000 km parcourus, beaucou...

Lire l'article

Nous devons être exemplaires

Récemment se sont tenus à Cologne, organisés par l’IAOPA, deux jours d’étude des dossiers en cours à l’EASA. C’est indispensable pour parer un coup, savoir de quelle direction va partir l’éventuelle salve de missiles. Sachez que certains font métier de s’intéresser à nous et à la manière dont nous apprenons à piloter, dont nous gérons par la suite nos vols dans le bout d’espace tridimensionnel qu’il nous reste. Absolument tout les intéresse et c’est pourquoi nos carnets de vol vont passer à 12 rubriques multicolonnes qui obligeront à 14 entrées au minimum à chaque vol : « Big brother is watching you ». Je vous recommande d’aller télécharger sur le site easa.europa.eu le PDF Easy Access Rules for Flight Crew Licencing (Part-FCL) qui fait 1 362 pages, régulièrement modifiées.

L’une des missions qui m’avait été confiée par Emmanuel Davidson pour l’AOPA France était de plaider contre l’obligation de changement ou de mise à jour des transpondeurs vers le Mode S ES pour satisfaire aux besoins des contrôleurs, sans qu’aucun bénéfice ne nous revienne comme cela s’est passé avec le Mode S. Or ce serait possible avec la mise en place du standard UAT en Europe comme cela s’est fait USA (un essai a été tenté au Royaume-Uni avec succès) pour la transmission d’informations en vol : trafic (réception ADS-B sur 978 MHz depuis les stations au sol installées à cet effet), météo… Cette solution permettrait aussi l’utilisation de récepteurs déjà disponibles et bon marché aux USA.

Bonne nouvelle, l’EASA semble évoluer dans cette direction, en tout cas elle croit maintenant utile que les avions légers puissent avoir la météo dans le cockpit, eux aussi. Cela, c’est nouveau et ça fait du bien à entendre car, soyons réalistes, l’Agence semblait ne s’intéresser qu’à l’infiniment gros et infiniment petit : les avions de ligne et les drones, et aussi à l’arrivée des véhicules autonomes.

Nous autres, coincés au milieu, n’avons pas plus la cote aujourd’hui qu’autrefois, même s’il y a de l’espoir car le GA Road Map évolue vers la version 2.0 : « Soyez confiants, la révolution viendra de l’EASA, mais il faudra bien sûr que chaque Aviation civile locale suive et cela peut prendre du temps », nous a dit John Franklin, rapporteur pour l’Agence, après un exposé sur le futur de l’aviation générale collant aux réalités économiques, mettant en avant l’engagement de notre compatriote Dominique Rolland, ce qui était sympa devant plein de nationalités représentées.

Combien de temps cela prendra-t-il ? « Dix ans, vingt ans peut-être, mais il faut bien démarrer un jour ! », a dit Franklin. Et d’ajouter : « La notion de temps n’est pas la même à Cologne qu’ailleurs  ! »

Tout le monde là-bas semblait avoir entendu parler du gilet jaune que Françoise Horiot, présidente du GIPAG, le syndicat qui défend les professionnels, disait vouloir porter en se rendant à Cologne afin d’être entendue à la prochaine réunion. Ce trait d’esprit a déplu car il n’a probablement pas été compris : Il fallait voir derrière ce propos, non pas un pavé parisien lancé à la tête de Patrick Ky, directeur de l’EASA, mais une revendication contre des réunions chronophages et coûteuses qui n’aboutissent à aucune prise de décision rapide alors que les années passent et que l’aviation générale s’asphyxie dans un silence assourdissant. Personne ne semble la défendre activement, le souhait non formulé de certains serait plutôt de vouloir se débarrasser des pilotes qui, non seulement râlent, mais sont responsables de la quasi-totalité des accidents.

Nous avons du reste été gâtés ces derniers temps, entre l’atterrissage catastrophique d’un Malibu à Courchevel qui a fait plus d’un million de vues sur YouTube et la disparition dans la Manche d’une célébrité sportive. Deux dossiers idiots qui ont jeté un discrédit inimaginable sur notre aviation alors qu’ils auraient dû être évités. C’est ce que laisse entendre l’enquête préliminaire britannique et les renseignements glanés auprès de personnes informées pour le cas de Courchevel. Les « mass media » se réjouiront toujours de nos erreurs de nantis, surtout dans le climat social actuel empreint de jalousie, cela tue notre réputation de pilotes sérieux et conscients des enjeux de sécurité.

Ne comptons donc que sur nous-mêmes, personne d’autre, pas même sur les hommes politiques pour faire le travail de défense de nos intérêts et de notre image : même s’ils sont pilotes privés, de bonne volonté et amis, leur temps n’est pas le même que le nôtre, leurs intérêts divergent souvent des nôtres.

Ayons à l’esprit avant de décoller que l’aviation générale se doit d’être exemplaire pour continuer d’exister. Je sais évidemment qu’il est compliqué de l’être tout le temps, mais il s’agit bien du prix à payer pour la poursuite de nos activités.

 

Jacques CALLIES

Actualités

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • LIRE CE RÉCIT
    Week-end à Longyearbyen
    Rejoindre l’archipel du Svalbard et l’Île du Spitzberg en moins de deux jours, c’est le pari réussi de quatre amis. Jacques Callies nous raconte ce vol à travers la Norvège, du sud à l’extrême nord, vers l’un des secteurs les plus beaux de la planète, où l’accueil norvégien est...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Convoyeur de TBM
    Le ferry pilot fait partie d’une espèce privilégiée. Il reste le seul professionnel payé pour piloter des avions de tous types, dans des conditions compliquées, partout à travers la planète. Jacques Callies a voyagé vers Miami en TBM 930 aux côtés de Jacques Raissiguier, dit Jack.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Let's fly away to the sun !
    Partir à l’aventure le nez au vent ou plutôt tourné vers le soleil, sans effectuer aucune réservation, tel a été le choix de Fred et de Nico cette année. Une sage décision quand on pratique le voyage VFR puisque leur tour de France s’est transformé en navigation vers la Suède.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Iles Feroe, Vagar, si désiré
    Vágar, le seul aérodrome des Îles Féroé, est l’escale rêvée lorsque l’on vole vers l’Islande. Malheureusement, pluie et brouillard recouvrent le secteur 260 jours par an en moyenne. Le rêve de Jacques Callies était donc de pouvoir enfin s’y poser. Récit d’un vol assez compliqué.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
Ozelys