Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

DR 400-912 Rotax

Remotorisé par Nogaro Aviation avec un moteur Rotax 912iSc Sport moins grourmand que le Lycoming monté d'origine, le Robin DR 400-100 Cade...

Lire l'article

Un Epsilon aux Reno Air Races

Aussi étonnant que cela puisse paraître, un Français a fait tourner un TB 30 Epsilon de série sur le circuit de Reno lors des courses de...

Lire l'article

Les head-up display

Les films de science-fiction nous montrent depuis longtemps des systèmes de pilotage projetés devant les yeux du pilote. Ils existent dans...

Lire l'article

Connaître son Rotax

Le moteur Rotax série 912/914 est pétri de qualités, il est devenu fiable, mais son entretien requiert quelques connaissances pour sa lon...

Lire l'article

Le virage impossible

En cas de panne moteur au décollage, que faut-il faire ? Revenir vers la piste ou atterrir droit devant soi ? L’instructeur Yves Br...

Lire l'article

Drones et règlement

Fin septembre se tenait le salon professionnel sur l’ancienne base aérienne 217 à Brétigny sur Orge. L’occasion pour nous de faire le...

Lire l'article

Helixaero vole sur Cabri

A Toussus, l’école de formation Helixaero est née de la passion pour l’hélico de deux complices qui ont finalement décidé de voler ...

Lire l'article

Vers le Grand Caucase

Le Rallye Aéro France 2018 a emmené ses équipages vers la Slovénie, la Serbie, la Bulgarie, la Turquie, la Géorgie… Au total, douze p...

Lire l'article

Pas de plaisir, pas d’envie !

Certes, je suis d’une nature heureuse et optimiste mais, quand même, je ne peux que vous imaginer, comme moi, effarés d’entendre dénigrer sur les ondes radio et TV, à longueur de semaines, l’essence, le Diesel et, depuis hier, le Jet-A1, alors que les carburants sont, pour longtemps encore, nécessaires à l’activité humaine dans son ensemble. Et au nom de quoi ? De la transition écologique et solidaire !

Le slogan fait fureur, il tourne en boucle, prononcé gravement par nos élus, relayé fidèlement par les journalistes qui organisent des débats sans fin où les mêmes élus et des spécialistes s’affrontent dans des joutes oratoires sur les thèmes du désastre sanitaire dû aux particules fines et d’une transition écologique juste, ou bien nécessaire mais pas suffisamment solidaire, ou encore pas assez punitive ou, mais c’est plutôt rare, trop punitive. Par contre, des corollaires, des dommages collatéraux, personne ne dit grand-chose d’intelligent.

Ce qui est affligeant, tout d’abord, c’est que cette pensée nouvelle occulte totalement la pensée précédente, qui date d’à peine dix ans, et qui nous effrayait avec la fin annoncée à terme des réserves d’énergies fossiles et donc du transport aérien, de la nécessité urgentissime de découvrir de nouvelles énergies propres, sous peine de séismes économiques irréversibles dans les trois grands secteurs d’activité bien connus. Or, personne ne parle plus du tout de cela. Peut-être les commandes d’avions par milliers qu’enregistrent Airbus et Boeing depuis des années y sont-elles pour quelque chose ? Peut-être les élus et nos confrères ont-ils découvert aussi que l’épuisement des réserves d’énergies fossiles n’était ni pour demain ni pour après-demain ?

Ensuite, avez-vous remarqué que ce qui passionne les gens ordinaires que nous sommes, depuis que les inventifs Joseph Cugnot et Clément Ader ont imaginé la voiture et l’avion, ne compte plus ? On nous parle train, bus, métro et voiture électrique – en omettant de dire que son empreinte carbone est finalement pire que tout –, mais personne ne défend notre droit à prendre du plaisir à conduire une auto ou à piloter un avion. Pas même les journalistes qui se doivent de jouer un rôle représentatif essentiel en démocratie où la démagogie s’érige en règle, alors qu’ils revendiquent le nécessaire quatrième pouvoir.

Ce qui me désole, c’est que nos confrères des télés et radios, pilotes avion ou hélico – ils sont plus nombreux qu’on ne le pense – ne défendent même pas leur droit à avoir une passion. Alors qu’il ne s’agit pas de passion honteuse mais utile… Certes, le complexe n’est pas nouveau, Jack Pelton, président de Cessna, avait dû s’atteler à redresser lui-même la barre, au nom des chefs d’entreprise et en faisant le boulot des journalistes en 2009 via une campagne publicitaire dans le Wall Street Journal, qui disait en gros : « It’s OK to have a private jet ! »

Qui dit passion ne dit-il pas plaisir ? Hier soir, lorsque j’ai discuté de mon éditorial avec mon ami Emmanuel Davidson, lui expliquant les deux ou trois sujets qui m’inspiraient, il m’a assuré que le thème du plaisir lui semblait judicieux. Et il m’a envoyé ce matin, sachant que j’allais m’atteler à la tâche, pour m’inspirer peut-être, ce SMS qui pose parfaitement le sujet : « N’aie pas les idées noires ! Pense à une sortie de couche avec le Mooney avec la vue sur le Groenland et un peu de Mozart dans les oreilles ! »

Le plaisir, voilà ce que dit ce SMS. Il dit le plaisir de piloter. Il dit le plaisir de voyager dans des endroits improbables, jusqu’au Groenland car un Mooney peut techniquement rester en vol pendant 1 400 nautiques, ce que ne saurait faire un Pipistrel Electro qui ne peut s’éloigner du tour de piste pour l’instant. Il sous-entend le plaisir de partager des moments forts avec d’autres pilotes qui nous accompagnent dans nos aventures, d’avoir appris qu’ils en sont revenus avec une vision globale de la vie différente.

Même si l’homme est né avec le sens du devoir, le plaisir lui est nécessaire. Le plaisir est indissociable de notre vie, il est le pendant indispensable à nos responsabilités ; « L’homme est né pour le plaisir, il le sent, il n’en faut point de preuve. Il suit donc sa raison en se donnant au plaisir. Mais bien souvent, il sent la passion dans son cœur sans savoir par où elle a commencé », nous dit Blaise Pascal dans son discours sur les passions de l’amour. Pascal a raison et il me semble évident d’élargir son discours, les siècles qui nous séparent le permettant, aux autres passions qui nous animent : je ne pense pas qu’il existe un homme du XXIe siècle qui n’ait pas mis sa passion pour son avion ou son auto ou sa moto ou son bateau au même rang qu’une maîtresse.

Sans plaisir, il n’y a pas d’envie. Sans envie, tout risque alors de s’arrêter ! Nous les premiers…

Jacques CALLIES

Actualités

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • LIRE CE RÉCIT
    Week-end à Longyearbyen
    Rejoindre l’archipel du Svalbard et l’Île du Spitzberg en moins de deux jours, c’est le pari réussi de quatre amis. Jacques Callies nous raconte ce vol à travers la Norvège, du sud à l’extrême nord, vers l’un des secteurs les plus beaux de la planète, où l’accueil norvégien est...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Convoyeur de TBM
    Le ferry pilot fait partie d’une espèce privilégiée. Il reste le seul professionnel payé pour piloter des avions de tous types, dans des conditions compliquées, partout à travers la planète. Jacques Callies a voyagé vers Miami en TBM 930 aux côtés de Jacques Raissiguier, dit Jack.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Let's fly away to the sun !
    Partir à l’aventure le nez au vent ou plutôt tourné vers le soleil, sans effectuer aucune réservation, tel a été le choix de Fred et de Nico cette année. Une sage décision quand on pratique le voyage VFR puisque leur tour de France s’est transformé en navigation vers la Suède.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Iles Feroe, Vagar, si désiré
    Vágar, le seul aérodrome des Îles Féroé, est l’escale rêvée lorsque l’on vole vers l’Islande. Malheureusement, pluie et brouillard recouvrent le secteur 260 jours par an en moyenne. Le rêve de Jacques Callies était donc de pouvoir enfin s’y poser. Récit d’un vol assez compliqué.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...