Face à ses besoins, la compagnie Air France s’apprête à recréer une filière de recrutement cadet, un peu à l’image de celle qui a existé plusieurs années avec l’EPAG ancienne génération. À partir de 2020, environ 130 pilotes devraient faire valoir leur droit à la retraite ; à ce chiffre, il faudra ajouter l’embauche de pilotes liée à l’activité soit un nombre qui tournera autour de la centaine de pilotes, voire plus. La filière professionnelle et la filière ENAC des EPL ne pourvoiront pas à cette demande, il est donc sérieusement envisagé de remettre sur pied une filière Cadet. Depuis plusieurs mois, la compagnie a audité pas mal d’écoles en Europe pour ce besoin. Naturellement, l’ENAC a été auditée et consultée, mais la direction n’a pas donné son feu vert. Compte tenu d’un plan de charge élevé, à la fois avec les EPL et avec les compagnies étrangères clientes, l’école ne pense pas avoir de moyens suffisants pour répondre au besoin d’Air France. Restent les petites écoles, donc… comme l’EPAG à l’époque. Les écoles françaises devraient être également écartées du marché pour des raisons de taille et de capacités de production. Ainsi, la formation des pilotes cadets d’Air France pourrait alors être assurée à l’étranger auprès d’organismes ayant pignon sur rue. On pense en premier aux organismes de formation britanniques. La partie pratique pourrait avoir lieu aux Etats-Unis, notamment en Floride où le temps de formation sera plus court, compte tenu d’une météo favorable. Les autres compagnies européennes procèdent déjà comme cela pour leurs cadets. La décision définitive sera connue dans quelques mois.