Par Emmanuel Davidson, Photos RocketRoute

La seule aune à laquelle mesurer le succès d’une application est celle de sa base installée. Pas celle de l’année de sa sortie (qu’elle soit réalisée pour un PC, une tablette ou un smartphone), mais la suivante. En effet, on mesure ce succès au nombre d’utilisateurs qui décident de se réabonner. Il n’est pas rare de voir, pour une nouvelle application, une période gratuite pouvant aller jusqu’à six mois. Il reste donc au développeur relativement peu de temps pour faire évoluer son programme et ses fonctionnalités et donc convaincre l’utilisateur de devenir un utilisateur fidèle et payant.

On mesure de plus en plus cet axiome en voyant le marché se transformer et se contracter. Les acteurs principaux se rendent compte que leurs concurrents ont pris de l’avance dans certains compartiments de leurs applications, soit en proposant une fonctionnalité absente dans la leur ou en ayant pris une avance certaine dans l’efficacité d’une fonction donnée.

L’exemple de Jeppesen

Prenons l’exemple du poids lourd Jeppesen. Personne ne conteste sa suprématie dans le domaine de l’information aéronautique transcrite sur les cartes en route ou les fiches de terrain ou de percée. Par contre, Jeppesen n’a jamais réussi la gageure de réaliser un algorithme de routage et dépôt de plan de vol VFR ou IFR destiné à l’aviation générale digne de ce nom. Il fallait passer par les produits destinés à l’aviation d’affaires ou aux airlines. C’était d’ailleurs le reproche le plus souvent entendu : «J’ai besoin de trouver une route légale et déposer mon plan de vol le plus rapidement et le plus facilement possible.»

[…]