Le succès du constructeur français de simulateur, ALSIM, ne se dément pas. Début novembre, c’est une école de pilotage grecque Aviation qui a confirmé une commande exceptionnelle de 4 simulateurs AL250 et deux simulateurs de dernière génération de type Airliners. Les premiers serviront à la partie initiale de la formation professionnelle, CPL/IR/ME voire si le candidat est intéressé par la licence de pilote privé (PPL), ils sont configurables single engines et multi, monopilote et multipilote. Ils sont naturellement certifiés EASA FNPT II. Les deux autres simulateurs Airliners serviront à la formation avancée des pilotes sur des appareils de types A320 ou Boeing, puisque ces simulateurs pourront être configurés dans l’un ou l’autre des appareils pour la MMC advanced et la conversion orientation jet (JOC) dans des configurations proches des avions d’entrée de carrière. En effet, l’Airliner, en cours de développement, est un simulateur medium jet hybride A320/B737 qui aura la taille d’une cabine jet environ deux fois celle de l’ALX. L’un de ses grands intérêts est de pouvoir offrir un double environnement sans avoir une double contrainte réglementaire, frais de licences et de certification. La première commande de ce simulateur a été placée auprès d’APS (Aviation Performance Solutions) aux US. Egnatia Aviation est en forte croissance, une information logique avec la demande de pilote et pourtant les dirigeants ont gardé toute leur confiance à ALSIM puisque le premier simulateur français de l’école était un ALX acheté, il y a 10 ans. Quant à l’AL250, les responsables d’Egnatia Aviation le considèrent comme l’un des meilleurs simulateurs du marché. Le premier des AL250 sera installé très prochainement, le premier simulateur avion de ligne sera implanté en 2019, à noter qu’il est encore en développement. En été, ALSIM s’était également vue reconduite dans sa relation avec l’école de Toussus–le-Noble Trimaille Aero Formation. Jean Pierre Trimaille, dont l’organisme est une sorte d’institution, a signé pour l’achat de deux nouveaux simulateurs : un AL250 et un ALX. Reconduction, car TAF a bénéficié du programme « Buy Back » qui permet à une école de replacer ses anciens simus. On sait que Jean-Pierre Trimaille est attaché au vol réel comme une expérience pédagogique concernant les conditions météo, les échanges radiophoniques ou la prévention de l’abordage. Mais, il est également convaincu des bienfaits du simulateur concernant les bases du vol aux instruments, les méthodes de travail, etc. ALSIM dispose d’un catalogue adapté aux besoins des écoles, selon… leur taille.