Parmi toutes les choses qu’on nous enseigne dès la formation PPL et les recommandations quasi proverbiales que l’on lit couramment dans la presse spécialisée, les risques attachés à l’obstination à atteindre sa destination, malgré des conditions météo ou humaines contraires, figurent en bonne place. Bien sûr, breveté depuis dix ans j’étais assez confiant dans mon bon sens personnel et ma clairvoyance pour être certain que jamais je ne pousserais les limites au-delà du raisonnable juste pour ne pas renoncer à ma destination.

Nous sommes donc partis, mon copilote et moi, avec notre Cirrus vers une destination lointaine et plutôt extrême, en compagnie de quelques autres avions. Je m’étais interrogé sur ma capacité à entreprendre pareille aventure n’étant alors qualifié IFR que depuis un peu plus de six mois et mon camarade ayant une expérience aux instruments certes supérieure à la mienne mais pas immense. Mon entourage de pilotes s’était montré plutôt confiant, le voyage offrant de nombreuses occasions de faire demi-tour. Nous partîmes matériellement préparés, après avoir longuement échangé avec « ceux qui l’avaient déjà fait » et pourtant…

[…]