Par Jacques Callies, Photographies Milos Krivokapic et Textron Aviation.

Pour la première fois depuis que j’écris des histoires d’avion, je vais attaquer par la question qui fâche, le prix de ce bimoteur six places Beech Baron G58 2015 essayé avec toutes ses options : salon à l’arrière, sellerie cuir, climatisation, dégivrage, radar, stormscope, TCAS, TAWS, vision synthétique, cartes Jeppesen, etc. Cette question, je n’ai pas voulu la poser au pilote anglais Jason McCann, avec lequel j’ai pourtant discuté tranquillement au Bourget avant notre décollage et pris ensuite le temps de déjeuner au Touquet car je ne voulais pas piloter avec des préjugés, même si je sais que tout a un prix, et probablement un prix élevé quand il s’agit d’un avion surnommé depuis toujours « la Rolls-Royce de l’air ».

Je crois que c’était nécessaire car mon objectif était simplement de comprendre le sentiment de confiance – ou pas – que peut ressentir le propriétaire d’un Baron lorsqu’il vole dans le mauvais temps, des conditions givrantes, au-dessus des grandes villes, de nuit.

Je vous le dis tout de suite, j’ai adoré l’expérience G58. Il me fallait donc apprendre son prix de Florent Venturini, le directeur des ventes pistons pour l’Europe de l’ouest de Textron Aviation : 1 400 000 USD HT. Oups, c’est une sacrée somme pour un six places équipé de deux moteurs à pistons de 300 ch, qui fera réfléchir l’acheteur quand sont à vendre pour le même prix sur le marché de l’occasion des avions performants et pressurisés comme, par exemple, le JetPROP-DLX issu d’un croisement explosif entre une cellule de Malibu et une turbine Pratt et Whitney de 750 cv.

[…]