L’univers des ULM a, on le sait, considérablement changé. Les faucheurs de marguerites façon ultralight d’antan ont pour une bonne part laissé la place à des pilotes d’appareils plus rapides ou pas, mais utilisant l’espace aérien des pilotes avion VFR. Les machines ressemblent à des vrais avions et parfois la frontière entre l’ULM et leur version LSA (certifiée par l’Europe) est très ténue. Le salon de Blois est unique et surtout indispensable.

À divers titres. C’est là que les nouveautés aperçues au salon Aero Friedrishchafen sont présentées au public français… Tout au moins à tous ceux qui n’ont pas savouré l’air pur du lac de Constance. C’est ici, à Blois, que les dealers français s’échinent auprès des constructeurs pour amener en vol les machines. La France est un grand pays aéronautique par son histoire, son effectif de pilotes et son marché de l’ULM. Aucun constructeur ne peut ignorer cela. C’est l’endroit où l’on passe commande, où l’on donne une forme à son rêve, où l’on appose son paraphe au bas d’un bon de commande. C’est un des lieux de respiration de l’aviation très légère.

[…]