Le constructeur ATR vient de lancer un programme de formation de pilotes avec l’Ecole Nationale de l’Aviation Civile (ENAC). Il est heureux qu’un constructeur formalise un lien entre la vente d’avion et la formation des pilotes susceptibles d’en assurer l’exploitation. Les écoles de pilotages françaises attendent depuis des décennies que les constructeurs et les compagnies aériennes nouent avec elles des relations privilégiées pour assurer le placement des pilotes qu’elles forment. Les écoles anglaises sont, sur ce plan, beaucoup mieux loties que nos organismes français. Ce programme annoncé par ATR durera 24 mois et sera calé sur une formation cadet. Elle devrait être en parfaite corrélation avec les ambitions du constructeur, compte tenu de ses prévisions de vente. Pour la seule région Asie Pacifique, ATR estime la demande à 750 nouveaux turbopropulseur pour les 20 années à venir, ils devraient être utilisés pour l’ouverture de 600 routes nouvelles sur la même période. Le constructeur estime, en outre, que près de 600 de ces appareils seront des ATR. A noter que 377 ATR sont déjà en service dans la région, exploités par une soixantaine de compagnies. En attendant la production un jour d’un module 100 places, ATR est capable de proposer une capacité maximale de 78 pax, comme ceux qui viennent d’être livrés à Cebu Pacific Air.