Lorsque les distances deviennent importantes pour un avion léger, ce qui est le cas puisque la compagnie Air France met environ 3 heures avec un Airbus pour effectuer le vol que j’envisage en ce début octobre, j’hésite… Mais parfois, le devoir prime et, dans le cas de ce vol vers Bucarest, il me fallait représenter la France à une réunion importante de l’International Aircraft Owners and Pilots Association (IAOPA) qui regroupe les AOPA du monde entier, « probablement même historique » aux dires d’Andrei Zincenco, le président de l’AOPA Roumanie. La France est l’un des acteurs de premier plan de la région IAOPA Europe, et nous avons l’habitude d’allier plaisir du vol et praticité. Et le fait d’arriver au fin fond de l’Europe aux commandes d’un avion léger, quand vous être certain que vous serez le seul à le faire, joue aussi !

Mais avant d’aller plus loin, j’aimerais dire à ceux qui pensent que l’AOPA est réservée aux propriétaires d’avion qu’ils se trompent. Cette association internationale défend les droits des pilotes, globalement et individuellement, et les assistent lorsqu’ils volent en Europe ou aux États-Unis. Qu’ils soient propriétaires d’un avion ou non est vraiment accessoire, l’essentiel est qu’ils aiment piloter et, surtout, aient envie de continuer à le faire longtemps.

[…]