Ce vendredi, la visibilité peine à dépasser 50 mètres sur l’aérodrome de Toussus-le-Noble alors que j’ai rendez-vous avec sa brigade de gendarmerie des transports aériens (BGTA) pour les photographier en intervention. Heureusement, et malgré le brouillard, un Cirrus et son propriétaire sont visibles sur le parking. Le véhicule de la GTA se gare le long du hangar le plus proche et les gendarmes se dirigent vers l’appareil : « Bonjour Monsieur, gendarmerie des transports aériens, pouvez-vous nous présenter les papiers de l’avion ? » Le carnet de route est tendu. L’homme sort ensuite de son portefeuille, sa licence de pilote et son certificat médical qui sont également contrôlés. Les documents de l’avion sont vérifiés en temps réel. Le contact entre les militaires et le pilote est formel, mais détendu, et la conversation dévie rapidement autour de l’aéronef et de la météo. Évidemment, si les papiers n’avaient pas été en règle, la suite aurait été plus compliquée…

[…]

L'actualité aéronautique