Dans les couloirs et les bureaux du 25 avenue de l’Europe, au sein de Dassault Aviation, sur l’aéroport du Bourget, on peut lire parfois la phrase emblématique de Marcel Dassault : « Un bel avion est un avion qui vole bien ». À condition d’avoir un moteur efficace qui tient ses promesses et pour lequel on optimise une cellule. Pour la plupart des Falcon, Dassault a été au-delà de l’optimisation en concevant des avions élégants, luxueux, performants, appréciés de leurs pilotes et n’omettant jamais de transposer sur ses avions civils la longue expérience acquise dans le domaine militaire et plus particulièrement les innovations technologiques. Le Falcon 5X a bien failli entrer dans la famille. Il était grand, apportant un surcroît de confort pour ses passagers, avec une distance franchissable de plus 5 000 Nm. La difficile mise au point (non encore achevée aujourd’hui) du moteur Silvercrest a conduit les dirigeants de Dassault à faire ce que l’on ne fait jamais en aéronautique (ou très rarement) : mettre un terme à ce programme d’avion. Cette décision a eu lieu à Las Vegas en septembre 2017 à l’occasion du célèbre salon d’aviation d’affaires, l’EBAA ; elle n’a pas réellement surpris.

[…]