Un de nos fidèles lecteurs, CDB sur Global 6000, nous a suggéré de préciser la réglementation s’appliquant au NCC, c’est-à-dire aux aéronefs dont la MTOW est supérieure à 5,7 t, ou dont le nombre de sièges est supérieur à 19, ou nécessitant deux pilotes, ou ayant un ou plus de réacteurs, ou deux ou plus de turbopropulseurs. Il s’agit de ce qu’il est convenu de nommer : l’aviation d’affaires. Les pilotes d’aviation générale seront surpris de la grande similitude avec leur propre réglementation, dite NCO. En effet, la principale différence réside dans l’obligation, en NCC, de prévoir un dégagement au décollage dans les circonstances que nous allons développer par la suite. En outre, le NCC.IDE.A.130 prévoit que les avions exploités en vol IFR monopilote soient équipés d’un pilote automatique pouvant maintenir au moins l’altitude et le cap, ce qui n’est pas le cas en NCO, bien que dans ce dernier cas, l’absence de PA implique une majoration des minima opérationnels (GM4 NCO OP 110).

[…]

L'actualité aéronautique

Print Friendly, PDF & Email