Au moment où les rumeurs de nomination à la tête d’Air France/KLM d’un financier, Philippe Capron de Véolia, qui ne vient pas de l’aérien, enflent, plusieurs pilotes ex-syndicalistes du groupe viennent d’adresser une lettre à Anne Marie Couderc, la CEO non executive d’Air France/KLM ainsi qu’à Franck Terner, CEO d’Air France, Frédéric Gagey, directeur financier et Pieter Elbers, CEO de KLM. Ils précisent leurs attentes et celles des salariés du groupe, sans que ceux-ci aient toutefois cossigné le courrier. Sans l’exprimer ouvertement, ils s’inquiètent de la nomination d’un spécialiste de la finance à la tête d’Air France/KLM. Les PNT rappellent que le groupe en est à son quatrième directeur général (CEO, Chief Executive Officer) alors que les performances économiques et financières restent faibles en comparaison des principaux concurrents de la compagnie, cela dans un contexte de grèves à répétitions et dans un climat social dégradé. En qualité d’anciens responsables syndicaux avec une longue pratique de la compagnie, ils veulent attirer l’attention des hauts responsables d’Air France sur leurs « profondes » préoccupations quand la future nomination du dirigeant tout en dressant un portrait robot du patron idéal. Selon eux, il devra montrer une indépendance vis-à-vis des autorités, mais également son courage pour mener les réformes nécessaires. Il devra mettre toutes les parties prenantes (Stakeholders) devant leurs responsabilités pour restaurer la compétitivité du groupe. Ils souhaiteraient que leur futur dirigeant, soit apte à comprendre l’économie du transport aérien, la réalité concurrentielle qui est celle d’Air France/KLM, à savoir un environnement dans lequel les compagnies aériennes sont, soit largement subventionnées, ou utilisent toutes les failles du système pour « fausser le marché ». Elles évoluent dans un contexte fiscal avantageux pour elles alors qu’Air France est handicapée par le niveau des charges défavorables. Il devra savoir « travailler avec toutes les catégories d’employés et construire un plan qu’il s’efforcera de faire adopter par tous ». Cette demande est précisément ce qu’expriment ouvertement les salariés d’Air France. Il devra, selon les auteurs de la lettre, « être convaincu que le capital humain est de la plus haute importance dans une compagnie aérienne et que les employés sont soucieux de la performance et fortement attachés à leur entreprise ». Ils affirment qu’Air France/KLM a besoin d’un responsable charismatique, compétent, fort et indépendant ; ils mettent en garde le comité de nomination sur une décision inappropriée qui aurait des conséquences dramatiques alors que, dans le mouvement global de consolidation européen, Air France/KLM est retard. Ils en appellent également au président de la République pour un choix efficace qui assurera la prospérité du groupe. Les auteurs sont Erick Derivry, cdb B777 Air France, Philippe Raffin cdb A320 Air France, Bernard Pédamon, cdb B777, Robert Swankhuizen, maintenance KLM, Steven Verhagen cdb A330.