Evolution stylée du bimoteur DA42, le DA62 bénéficie de la même technologie conceptuelle sans pour autant se qualifier comme une simple extension musclée. L’air de famille, propre à la gamme Diamond Aircraft, est indéniable. Grandes plumes, queue en T et corps en composites font de cet oiseau mécanique une superbe réalisation. Plus prosaïquement, l’implantation d’une motorisation diesel – de relative petite cylindrée (2 litres) au lieu de traditionnels gros cubes carburant à l’Avgas – propulse cette machine au premier rang dans la catégorie des twins de tourisme. Tout comme celle du DA42, sa production est réalisée à Wiener Neustadt, en Autriche, par Diamond Aircraft Industries GMBH. Chaque exemplaire est ensuite convoyé en vol outre-Atlantique.

À London (Ontario), je découvre l’imposante usine canadienne où près de 160 personnes œuvrent à plein temps. Ici, on assemble les DA20 et les DA40 destinés au marché nord et sud-américain. On y prépare aussi quelques séries spéciales, des monomoteurs et bimoteurs d’observation et d’interception. Sur place, une large section est également dévolue à la production de pièces en composite – celles de l’amphibie d’affaires et/ou de transport en devenir : le Dornier Seastar. Enfin, une équipe de techniciens reconditionne journellement d’anciens DA42. Cette opération remet le compteur à zéro d’appareils encore exploitables. L’ctualisation – motorisation, avionique, peinture, intérieurs et accessoires – permet aux propriétaires ou exploitants de posséder un avion quasi neuf pour la moitié du coût réel. Une bonne affaire, en soi.

Mais revenons au DA62 ! Sur le tarmac ensoleillé de la compagnie, Trevor Mustard – représentant et pilote de démonstration – m’accueille en compagnie du chef pilote. À tour de rôle, avant et après l’incontournable vol photos, ils vont me présenter cette splendide et performante machine. En l’absence d’une certification par Transports Canada, le modèle démo est immatriculé en Autriche.

[…]