Régis Hua-Van a choisi de voler sous des cieux étrangers. C’est depuis le Quatar, dans le cockpit de son B777, qu’il prépare les sorties de l’AC du Haut-Rhin. Il milite pour la sécurité et n’hésite pas à former des pilotes privés français à l’IFR à la sauce américaine.