Le groupe Lift Air, basé à Eisenach en Allemagne, est devenu définitivement propriétaire de la marque Flight Design ainsi que des actifs associés. Lift Air, détenu par Sven Lindig, a donc acheté les droits de conception, l’usine en Ukraine et l’agrément de conception (DOA), sécurisant ainsi la marque allemande. C’est donc un nouveau départ pour Flight Design qui aura des conséquences positives à court terme. Parmi le plus importante, la volonté d’obtenir le fameux POA qui manquait depuis des années à Flight Design pour vendre ses machines avec un CDN définitif. Cet agrément de production devrait être certainement obtenu en Tchéquie, ce qui sera plus facile qu’en Allemagne ; 2018 paraît un horizon raisonnable. L’usine d’Ukraine sera également « revue et corrigée » pour améliorer la qualité de la production ; une cabine de peinture vient d’y être installée et les investissements devraient se poursuivre. Désormais, sous la bannière de Light Air, on trouve principalement trois type de production : des ULM Flight Design, des avions Flight Design, le KLA 100 et des autogires en carbone de la marque Rotorvox. Tout cela relance les projets pour faire du nouveau groupe un acteur majeur du secteur de l’aviation légère. La production des CT est naturellement relancée et celle des KLA 100 mise en place. Rappelons que ce dernier appareil est un biplace aile basse, motorisé par un Rotax et à la cabine aux dimensions généreuses. Le bureau d’études de Lift Air prévoit également de lancer d’autres modèles et notamment de venir sur le marché des appareils quatre places, ailes hautes ou basses. Le projet C4 de Flight Design n’est d’ailleurs pas abandonné, mais il sera sensiblement modifié notamment pour accueillir le Rotax 915 de 135 ch. La cellule devrait donc être revue afin de conserver une charge utile proche de celle du projet de départ ainsi qu’une vitesse de croisière identique. Le tarif devrait se trouver dans la même tranche de prix, soit un peu moins des 300 000 euros. Enfin, le soutien de Christophe Briand à la marque lui vaut de devenir Flight Design Center pour tout l’Europe de l’Ouest, soit un territoire beaucoup plus grand. Christophe va donc se réorganiser pour cette nouvelle responsabilité. Il devrait également à l’avenir de mettre en place des offres de reprise pour les clients Flight Design afin de leur proposer des appareils plus modernes. Les appareils repris seront reconditionnés et remis sur le marché. De bonnes nouvelles pour le salon de Blois.