On pouvait se douter qu’un jour, la technologie du moteur Wankel serait «revisitée» pour être orientée vers de l’aviation légère. Mistral Engines était en bonne voie mais la marche de la certification était un peu haute sur le plan économique. En Allemagne, l’entreprise Geiger Motor travaille sur le sujet. Elle avait présenté lors du dernier salon Aero 2016 deux blocs dont l’un était monté sur une cellule de CTLS garé sur le statique. Il s’agissait de la version A2-74 de 100 ch. Le plus grand avantage est son poids plume et plus exactement un rapport poids/puissance intéressant. En effet, ce bloc pèse à vide 31 kg et environ 55 monté dans une cellule d’ULM. Cette motorisation permet donc de gagner près d’une trentaine de kilos sur un Rotax classique. Intéressant pour tous ceux qui sont à la recherche d’un supplément de charge utile. L’autre intérêt d’un moteur rotatif est le nombre de pièces en mouvement beaucoup plus réduit, ce qui fiabilise le GMP. Un point faible de ces moteurs est en général la consommation mais Mistral Engines était parvenu à être efficace sur ce point. Toutefois, les dimensions réduites du moteur conduiront son futur utilisateur à revoir un peu le centrage de sa machine et l’installation sous le capot. Une formalité en ULM.