Pendant longtemps, la majeure partie des ventes de radios portables en Europe était représentée par les installations dans les ULM. Moins chères que les radios fixes, et surtout moins lourdes, elles étaient souvent installées au tableau de bord. Les pilotes d’avions certifiés étaient moins intéressés par ces petits appareils. Tous ? Non, un certain nombre d’entre eux faisaient le choix de s’équiper. Essentiellement des pilotes IFR, tenus de demander la mise en route avant le démarrage du moteur et qui ne désiraient pas vider la batterie avant de solliciter le démarreur. D’autres invoquaient la tranquillité d’esprit apportée par la présence de la radio de secours à bord en cas de panne électrique. Aujourd’hui, le nombre de pilotes IFR a considérablement augmenté chez les pilotes privés sans que l’on constate un accroissement sensible des ventes de VHF portables. Peut-être est-il temps de revisiter le sujet et de se demander si, objectivement, ces appareils devraient être plus populaires, d’autant plus qu’avec l’arrivée du 8,33 kHz, nombre de nos radios plus anciennes devront être remplacées, si elles doivent jouer le rôle de radio de secours.

[…]