À 75 ans passés, dont presque 50 ans de vols et voyages VFR en France, Europe et dans les DOM-TOM, las de refaire seul des voyages coûteux pour des destinations qui ne me font pas ou plus rêver, las aussi d’une certaine mentalité de plus en plus présente dans les aéroclubs, je me suis mis en tête de prendre ma « retraite » aéronautique en finissant par un coup d’éclat : voler à Tahiti ! Pour l’aviation légère, dire que l’on a volé en Polynésie française est un peu présomptueux car quasiment impossible puisque l’on parle d’un territoire grand comme l’Europe avec ses cinq archipels : la Société, les Tuamotu, les Marquises, les Australes et les Gambier. De plus, à part aux Marquises, où un aéroclub est basé depuis 2008 avec un avion ST-10 (souvenons-nous aussi de Jacques Brel et son « Jojo »), la majorité des vols se font au départ de la capitale Papeete, située à Tahiti, l’île principale de l’archipel de la Société, lui-même divisé entre les îles du Vent et, à leur nord-ouest, les îles Sous-le-Vent.

[…]