Les débuts de Joon, la filiale à coûts réduits d’Air France, ne sont pas exactement ceux attendus. La compagnie aura -logiquement- certainement besoin d’un peu de temps pour prouver la pertinence de son modèle. Les Millennials, la cible choisie pour le lancement de cette airline, ne se sont pas encore massivement assis dans les cabines relookées des ex-A320 d’Air France. Pourtant tout est fait pour accueillir la clientèle jeune, connectée, affranchie, adepte du bio et de l’authentique et potentiellement réfractaire au style All inclusive des compagnies classiques. Mais voilà, c’est plutôt une clientèle de plus « anciens » qui prend les sièges, ce qui montre au moins que le conflit de générations ne se vérifie pas partout. La campagne marketing a encore besoin d’être peaufinée. Côté technique, il semble cette fois que le wifi ait bien du mal à diffuser à bord en dépit d’une connectique installée récemment dans les avions. Du côté des PNC Air France, même si la solidarité entre collègues s’exprime de manière naturelle, on ne cache pas une forme d’amertume devant le transfert de certaines lignes vers la petite nouvelle compagnie. Le sentiment est que cela est une perte d’activité pour les PNC Air France. « J’ai perdu environ quatre jours de travail avec la nouvelle compagnie mais les pilotes, eux, ont parfaitement su préserver leur périmètre. » souligne cette hôtesse.