Pour ceux qui volent depuis quelque temps et qui ont connu le VOR comme une révolution dans les cockpits, les noms Narco, ARC, Century, Magellan, Collins et autres Sperry sonnent encore comme des gloires… du passé. En effet, le temps passe aussi sur les planches de bord et les marques d’avionique, qui ont fait les années 70 et 80, sont parfois rachetées, fusionnent ou disparaissent. Arrive parfois un jour fatal, que chaque propriétaire redoute, où la radio reste muette, l’aiguille de l’instrument immobile ou le GPS aveugle. Il faut alors se poser la question de réparer, remplacer ou rénover.

La première question à se poser est certainement l’usage que l’on veut faire de son avion et donc de l’avionique associée. À moins d’avoir un budget illimité, conserver une avionique IFR haut de gamme avec un pilote automatique pour promener sa belle-mère autour du terrain n’est pas forcément très utile. Le VFR est moins exigeant, évidement, en matière d’équipement. Il s’avère que le GPS, monté ou portable, remplace bien souvent le VOR même si l’étiquette sous l’indicateur du boîtier précise bien souvent « Interdit pour la navigation primaire ».

[…]