C’était impensable, il y a quelques années : les clubs se devaient d’être propriétaires de leur avion, pour garantir leur indépendance de fonctionnement, mais également pour afficher leur bonne santé financière et l’importance de leur activité. Il faut dire que la location des avions n’était pas réellement développée. Depuis la crise est passée par là et les clubs souffrent. Ils sont pris en étaux entre des coûts d’exploitation qui flambent et des pilotes qui volent moins, faute de budget. L’idée de louer au lieu de posséder fait son chemin. Elle a été lancée avec sérieux par des distributeurs d’appareils légers certifiés. Aujourd’hui, Robin Aircraft se lance à son tour dans la mise à disposition de ses clients d’une formule de location pour DR 401 Diesel 155 ch, soit en version glass cockpit, soit en version classique. Le cout de la location est de 149 euros de l’heure pour une version glass cockpit, ce prix comprend la location de l’appareil, sa maintenance dédiée et le carburant sur une base précise : 35 heures de vol par mois avec une consommation de 20 litres heures environ dans une configuration d’utilisation de type 75% école et 25 % voyage. À ce tarif, le club devra rajouter ses propres frais ou pas… Pour entrer dans cette formule, le club devra s’acquitter d’un dépôt de garantie de 100 000 euros. 35 heures par mois, soit 420 heures par an, est un volume horaire qui est plutôt celui d’un club qui «tourne» bien. Si le club fait moins d’heures, il va donc payer des heures qu’il n’aura pas faites mais qu’il pourra reporter au cas où il volera plus. Les clubs qui sont durablement à un volume horaire inférieur n’ont toutefois pas d’intérêt dans cette formule. En revanche, pour ceux qui volent plus de 420 heures par an, le prix de l’heure de vol baisse à 80 euros. Très intéressant donc pour les gros clubs.