Les habitudes sont prises et bien prises. Les compagnies aériennes ont depuis longtemps configuré leurs recrutements en exigeant une qualification de type, ce qui était inconcevable il y a une quinzaine d’années. Elles ont imposé ce moyen de sélection devant le nombre de pilotes qui postulaient. Durant une dizaine d’années, depuis 2008, l’embauche s’était sensiblement ralentie. Après la QT, les compagnies ont commencé à exiger de l’expérience sur type, à savoir de l’expérience sur l’appareil dont le pilote détient la qualification de type. Il faut continuer à faire le tri entre les pilotes postulants. Des brookers et des responsables de compagnie, ayant un certain sens des affaires, y ont vu un business intéressant : le line training payant. Le pilote se fendait de 30 000 à 40 000 euros (de plus que son budget de formation de départ) et « s’achetait » de l’expérience, sans être payé bien sûr. Il avait des pax derrière lui et un captain (sans doute TRE/TRI) à sa gauche qui, lui, était payé. Un scandale. Depuis les choses ont changé : l’embauche a repris, toutes les compagnies cherchent des pilotes et le mouvement risque certainement de s’amplifier.

[…]