Les choses sont gravées dans le granit « depuis la nuit des temps ». L’embauche au sein de la compagnie passe obligatoirement par la fameuse sélection pilote. Le terme de sélection a toute sa puissance et son pouvoir évocateur. Ils sont nombreux à tenter l’eldorado volant qu’est Air France mais l’écrémage est assez impitoyable. Au point que même des pilotes volants sous les couleurs d’Air France, avec des critères d’exigence en matière de professionnalisme et de crédibilité, sont recalés, ajournés ou définitivement ajournés, après deux tentatives. C’est le cas des pilotes de HOP ! Que la conjoncture soit favorable ou tendue, que des milliers de pilotes soient au chômage ou pas, Air France a les moyens de maintenir cette exigence et cette sélection. La passion pour le pilotage n’est pas le seul critère, même si le pilote lambda étranger au système le considère pourtant comme déterminant. Il y a bien d’autres paramètres : celui d’une capacité collective de travail, un sens du management qui n’écrase pas les autres, un sens de la mesure et de la pondération, un certain formalisme et l’appréciation par les psychologues d’une capacité à être commandant de bord, un peu comme chez les pilotes de chasse, ceux qui ne peuvent pas passer chef de patrouille sont écartés. Cette posture n’est pas toujours comprise par ceux qui échouent et encore moins par ceux qui ratent la seconde occasion d’intégrer la grande maison. Toutefois, Air France s’engage à débriefer chaque candidat qui a échoué. Les responsables du recrutement le rappellent : un échec aux sélections ne présage rein de la carrière future d’un pilote de ligne, il ne dit rien non plus de négatif sur les compétences d’un pilote. En effet, la sélection n’est pas basée sur un test du savoir-faire, la cellule de recrutement considère que tous les pilotes se présentant aux sélections sont des professionnels confirmés. Et de surcroît, la compagnie a globalement les moyens de mettre à niveau un pilote à partir du moment ou il a les capacités de devenir un pilote Air France, tel que la sélection l’a décidé. JMB