Le portail est sécurisé. Dès la route, on se rend compte du caractère industriel de l’installation : des lignes électriques à haute tension descendent de la montagne et des barrages d’altitude ; d’autres en repartent dans les vallées pour distribuer l’énergie. Nous sommes au poste de Champagnier, sur la commune de Pont-de-Claix à deux pas de Grenoble. Dans l’enceinte aux allures de bâtiment municipal, il y a des véhicules bleus, des tourets de câbles et, au milieu de la cour, un Écureuil B3 aux couleurs de Réseau de Transport d’Électricité (RTE). C’est la bête de somme du travail aérien en montagne avec ses 1 300 kg de charges soulevables.

À sept heures quarante-cinq, il fait déjà très doux en ce matin d’octobre, pas un nuage à l’horizon, la météo est avec nous.

La mission d’aujourd’hui sera consacrée à la surveillance de ligne. Loyk, le mécano, fait la prévol : vérifier les trappes, les fuites éventuelles, la fermeture des capots, le cache-pitot, les bonnettes de pales, etc. Bruno, le pilote, fait la même chose de son côté ; puis les deux apposent leur signature sur le rapport journalier d’activité.

[…]