L’ULM russe A22L2 est entré dans le cercle fermé des ultralégers remorqueurs de planeur. Il a obtenu son sésame de la DGAC à la suite d’une campagne d’essais menée par Daniel Serres qui a vu passer dans ses mains pas mal de candidats à cette activité coûteuse. En effet, le remorquage par un avion certifié ne souffre pas la comparaison avec l’usage d’ULM, moins cher, moins gourmand et donc aux coûts de maintenance nettement moins élevés. L’A22L2 sera capable de tracter des planeurs d’une masse maxi de 700 kg. Le premier exemplaire sera exploité par l’aéroclub d’Aire sur Adour qui vient de passer commande. Il est vraisemblable que l’appareil de démonstration sera mis à disposition de plusieurs clubs de vélivoles afin d’être testé. L’A22L2 est proposé à 67 000 euros avec parachute, une VHF 8,33 et un crochet. Depuis la reprise de la distribution par ATA, 10 appareils ont été vendus en 8 mois, ce qui dénote d’un certain intérêt auprès des ulmistes.