Si chaque pilote apprécie le fait de pouvoir s’installer aux commandes d’un avion en parfait état, celui qui règle les factures de maintenance est prompt à commenter sur le coût facturé par les ateliers. Comme chacun d’entre nous le sait, la maintenance est réglementée et les ateliers ne créent pas la législation. Ils se doivent de l’appliquer, même s’ils ont, avant la publication d’un texte réglementaire et au travers de leur organisation représentative, le GIPAG, fortement contesté le bien-fondé du texte réglementaire en question. Pour aller plus loin, nous avons voulu revenir sur la création d’un atelier Part-145, la conservation des agréments et, au travers du témoignage de ses dirigeants, vous montrer l’envers du décor. Dans une France prompte à louer les entrepreneurs et les jeunes qui se jettent à l’eau pour créer une entreprise et des emplois, est-il possible de se lancer sur le créneau de la maintenance aéronautique et espérer gagner sa vie correctement ?

[…]