Le salon Aero ouvre ses portes demain et comme à chaque édition, il sera comme toujours porteur de nouveautés. Le principal sujet sera bien sûr l’arrivée de la nouvelle réglementation des ULM européens. On sait que l’Allemagne a choisi d’upgrader ses ULM vers 600 kg, mais il ne faut pas oublier que la réglementation allemande est plus dure que chez nous pour les ULM avec une forme de certification. La première marque à s’être officiellement fondue dans le dispositif est Pipistrel qui produit donc un Virus à 600 kg qui va donc produire un ULM, mais qui en sera pas pour notre marché. Pas d’inquiétude, notre réglementation française évolue pour proposer un gain significatif de masse maxi et de masse à vide. C’est même une occasion inespérée puisque selon le texte qui est la signature auprès des deux ministères des Transports et de l’Outre-mer, le poids annoncé sera bien de 525 kg avec parachute, mais la masse à vide évolue vers les 336 kilos. Ce poids est calibré pour celui de deux adultes et de 45 litres de carburant, soit pour un Rotax environ deux heures et demie d’autonomie. Fort logiquement, un certain nombre de constructeurs seront prêts pour proposer au grand public des machines dans l’enveloppe des 525 kilos. On peut penser que les leaders du marché seront dans les clous : Aerospool, Pipistrel, Evektor, JMB Aircraft… L’autre bonne nouvelle est d’avoir fait évoluer légèrement la vitesse de décrochage de 65 à 70 km/h, le dogme que les institutions voulaient voir graver dans le marbre. Les spécialistes du sujet s’étonnaient que cette valeur n’évolue pas compte tenu de l’augmentation du poids. Parmi les autres ulmistes enjoués de cette nouvelle réglementation, on trouve les amateurs d’hydro qui ont obtenu une masse à vide de 381 kg et une masse maxi de 570 kilos, ce qui tient compte du poids des flotteurs et du parachute. Bon, sans se cacher derrière  son petit doigt, cette réglementation va aussi faire rentrer dans le moule bon nombre de machines dont les constructeurs avaient pris des libertés avec la règle. Ces ULM trop lourds redeviennent vendables plus facilement. C’est le progrès.

Print Friendly, PDF & Email