Il y a 4 ans, j’avais dénoncé cette occupation du ciel à basse altitude par les militaires, en particulier à propos de la zone dite « Centre ». Mais la situation ne fait qu’empirer. Dans un semblant de démocratie, l’administration demande l’avis des fédérations avant d’entériner la demande des armées, mais jamais personne n’a tenu compte de nos avis, si ce n’est quelques « microrectifications » absolument marginales. Ce qui est très attristant, c’est que la DGAC s’aligne sur les demandes des armées, sans protester. Regardons quelques exemples. Cette grande zone, entre Limoges et Clermont-Ferrand, fait 100 Nm sur 70 Nm. Elle est régulièrement interdite du sol au FL195. J’avais fait, en 2015, un dossier sur cette zone en proposant une solution pour désenclaver certains aérodromes. Il s’agissait de laisser un couloir est-ouest d’un ou deux Nm de large ouvert à basse altitude (par exemple, de 1 500 ft au sol). Cette proposition était soutenue par toutes les fédérations, et la DGAC estimait que nous étions proches d’un bon compromis.

[…]

L'actualité aéronautique

Print Friendly, PDF & Email