Des lecteurs nous ont écrit pour signaler devoir rendre des comptes à un organisme dont ils ne soupçonnaient pas l’existence. Ils étaient invités à comparaître devant l’Autorité de Contrôle des Nuisances Aéroportuaires – ACNUSA, au motif d’un écart de trajectoire ou d’altitude sur un aéroport important. Ils pensaient que la verbalisation des infractions de survol, étroitement surveillées par la Gendarmerie des Transports Aériens, avec sa verbalisation spécifique, était en soi suffisante pour mettre en garde les pilotes à la trajectoire sinueuse, et que ce type d’organisme ne concernait que les compagnies aériennes aux nuisances sonores bien plus développées que celles de notre aviation générale. Ils ont bien tort car il ne faut pas oublier que dans le cadre de la « simplification » administrative, il est apparu indispensable à nos autorités de contrôle d’ajouter une couche de réglementation supplémentaire, avec bien sûr des implications financières.

[…]