Il est coutumier d’entendre que les prix à la consommation se sont envolés depuis l’apparition de l’Euro. Nombre d’entre nous sont convaincus que l’apparition de la monnaie européenne a permis aux producteurs de tous poils d’augmenter leurs prix de manière significative sans que le consommateur ne s’en rende vraiment compte. Par contre, lorsque l’on s’intéresse au prix d’un avion neuf, on voit immédiatement qu’il ne s’agit pas d’une légende urbaine ! Aujourd’hui, les prix paraissent dissuasifs. Ceux des appareils de base des constructeurs américains donnent le tournis.

Le tableau 1 montre à quel point les avions neufs sont devenus onéreux. Pas un seul d’entre eux n’est disponible à un prix inférieur à 400 000 USD. Et ce n’est le cours de change actuel qui peut motiver les acheteurs européens ! Imaginez un instant le trésorier d’un aéroclub se demandant comment il va pouvoir réaliser le montage financier d’un avion neuf ! Et pour un propriétaire qui volera une centaine d’heures par an, la justification de l’achat est tout aussi compliquée. On peut vraiment parler du prix de la passion !

Si l’on regarde l’évolution des prix au fil des années, on se rend compte que les prix ont connu une accélération brutale à la fin des années quatre-vingt – expliquée par le coût exorbitant des assurances en responsabilité civile aux USA, ce qui a conduit Cessna à cesser la production des monomoteurs à pistons entre 1986 et 1996 – et ensuite dans les années 2000. Ce n’est pas le prix du carburant qui peut expliquer cela.

[…]