Pas de surprise, sauf pour la date, le rassemblement ULM de Blois se tiendra bien sur l’aéroport de Blois-Le Breuil, le week-end du 2 et 3 septembre ; c’est une édition qu’il ne faut pas rater. Certes, elle vient en écho au salon de Friedrichshafen qui a eu lieu en avril, mais cette année, il y aura quelques surprises. La première est sans doute la présence du Risen, cet ULM ultra rapide, distribué en France par Christophe Briand d’Innov’air. On ne sait cependant pas encore si les deux versions train classique et tricycle seront exposées. Par ailleurs, dans la cadre des nouveautés, il faut également se réjouir de la reprise de Flight Design par un groupe allemand dont les dirigeants ont pour seul objectif de relancer l’entreprise, de construire de nouveaux modèles, mais également de permettre aux propriétaires des CT avion d’obtenir enfin un CEN à la place de leur laissez-passer. Christophe a pris du galon : il devient distributeur pour l’Europe de l’Ouest de la marque. On retrouvera également sur ce salon le Blackwing, version train rentrant, qui, comme le Risen, affiche des performances étonnantes avec, selon les propos de certains de ses propriétaires, un confort inégalé. Nous parlons là de machines haut de gamme, mais vous trouverez sur place des ULM plus abordables, des tubes et toiles, des appareils tout métal, etc. Cette édition sera la première de Sébastien Perrot en tant que nouveau président de la Fédération Française d’ULM, la FFPLUM. Blois sera aussi le moment pour le public intéressé de faire un point concernant les dossiers qui animent le mouvement depuis quelques mois : la réforme des instructeurs et le passage éventuel des ULM à 500 kg. Le salon de Blois reste une grande fête. Au détour des stands, tout le monde se connaît, on ne sent pas réellement l’esprit de concurrence qui existe entre tous les exposants, on ne parle pas non plus des choses qui fâchent, les problèmes techniques de certains équipementiers… D’une façon générale, c’est la fête de « l’ultra légère » bonne humeur. Le mouvement ULM n’est pas si vieux, il a encore besoin de se moraliser. Les grands noms du milieu sont là pour donner confiance au public, mais la vigilance pour le futur acheteur est toujours de mise. Nous vous rappelons que notre édition d’août contenait un catalogue des machines disponibles sur le marché de manière à préparer votre éventuelle visite.