L’E-Fan, l’avion éprouvette qui vise à tester des solutions électriques plus respectueuses pour l’environnement, vient d’adopter une motorisation hybride : il adopte un moteur allemand du constructeur Solo Aircraft qui fournira l’électricité aux batteries qui, elles, alimenteront les deux moteurs électriques de l’E-Fan 1.0. Tant que l’on n’aura pas inventé des batteries révolutionnaires tenant dans une poche et permettant de voler durant 6 ou 8 heures, la solution hybride reste encore la meilleure pour utiliser l’appareil de manière plus longue. On se souvient que la communication d’Airbus voyait dans l’E-Fan l’avion qui permettant de trouver une option pour lutter contre les nuisances sonores sur les plateforme très enclavées. Ce choix de l’hybride permet donc d’utiliser l’appareil dans les phases tour de pistes et manœuvres près du terrain seulement avec les batteries. Pour le vol de voyage ou de navigation, le moteur thermique fournira l’électricité… Ainsi équipé, l’E-Fan, qui est donc devenu monoplace, peut voler plus de deux heures. A noter que les batteries utilisées pour la traversée de la Manche l’année dernière ont été remplacées par des LG qui offrent 15% de puissance en plus. Côté E-Fan 2.0, la version biplace côte à côte, on sait que Daher est chargé de revoir le projet pour en faire quelque de chose de plus conforme aux attentes des clubs, des pilotes et de la FFA. En fait, rien ne filtre de ce travail d’ingénieur de bureau d’études. A priori, on ne sait pas si le concept d’hélice carénée sera conservé. Certains ingénieurs aéronautiques s’étaient étonnés du choix de cette architecture. Avec son look de petit jet, on aurait aussi pu lui coller deux réacteurs de Price Induction et en faire un avion d’attaque au sol pour les pays à faible budget militaire.