Après le succès incontestable du modèle low cost dans le secteur court et moyen-courrier, il était presque logique, pour quelques entrepreneurs, de capitaliser sur les nouvelles habitudes du public et son goût pour le voyage, –conséquence directe du développement de ces compagnies à bas coût dans le monde– et donc de proposer un service low cost, cette fois sur le secteur long-courrier. Il y a déjà eu plusieurs tentatives infructueuses par le passé mais aujourd’hui, la donne a changé. L’outil technique est disponible sur le marché : des avions dont la consommation a très sensiblement baissé par rapport à la génération précédente, mais surtout des appareils connectés qui vont ouvrir de nouveaux usages marketing auprès des passagers. Le modèle low cost long-courrier reste néanmoins à construire. Plusieurs acteurs sont déjà sur ce marché : Norwegian Air Shuttle qui, dans un premier temps, a ouvert vers les États-Unis avant de s’implanter en France, Level qui vient du groupe IAG (British Airways et Iberia) et la française French Bee (auparavant French Blue) développée à partir d’une feuille blanche par Marc Rochet et faisant partie du groupe Dubreuil.

[…]