Jeune pilote, je me suis sorti indemne d’une manœuvre scabreuse qui mérite d’être rapportée. Voici les faits : je pilotais une Alouette 2, nous étions cinq personnes à bord, dont un enfant qui, au bout d’un moment, a eu la nausée. J’ai alors décidé de dégager rapidement vers une propriété à proximité de notre position, une hélisurface que je connaissais et que j’avais l’autorisation d’utiliser. Cette DZ était très facile, l’approche ne comportait aucun obstacle sinon, l’un des murs de la propriété, situé au bout d’un chemin de 500 mètres. Mon approche était parfaite, sauf que j’ai oublié de penser à la direction du vent. Aussi, une fois en courte finale, je me suis aperçu que la vitesse-sol était excessive et qu’il me fallait ralentir l’allure sans tarder : j’ai donc « flairé », comme j’avais appris à le faire pour exécuter une décélération rapide, un quick stop, à 5 mètres de hauteur et, soudain, la machine s’est effondrée comme dans un vortex. Erreur qui aurait dû m’être fatale : le vent était secteur arrière !

[…]

L'actualité aéronautique