Avec son moteur 915, Rotax s’attaque désormais frontalement aux flats four américains pour l’aviation légère certifiée et cherche donc un autre marché pour se production. Sa puissance de 135 ch l’exclut du champ des ULM dont la puissance est on le sait limitée à 100 ch. Quoique certains moteurs disponibles sur le marché des ultralégers peuvent afficher une puissance bien supérieure, la cartographie jouant le rôle de modérateur. En France, on sait que les premiers intéressés par l’émergence du 915 sur ce marché sont les responsables de Nogaro Aviation, Gilles Auresan et Karine Baillou qui disposent déjà un prototype du moteur. Ils fondent beaucoup d’espoir sur ce nouveau moteur, compte tenu des performances qu’ils ont déjà enregistrées sur les DR 400 remotorisés avec des 912 qui affichent pourtant 30 ch de moins… L’intérêt est pour le duo de choc de créer un avion de voyage avec le dernier-né des GMP autrichiens, ce qui complèterait la gamme, entre avion école et avion de voyage. Aujourd’hui, Nogaro Aviation est en attente de son premier moteur 912 neuf pour rééquiper un DR 400 de club. Le carnet de commandes commence à gonfler, mais c’est certainement le délai de livraison des Rotax qui sera un frein dans les premiers mois. À moins que le marché ne décolle, ce qui pourrait peut-être inciter le constructeur autrichien à revoir ses cadences… Plus d’une dizaine de contacts sérieux sont parvenus à Nogaro aviation.