Depuis que je vole, j’entends dire qu’en cas de panne moteur au décollage, il ne faut pas revenir vers la piste. Depuis que je suis instructeur, j’enseigne qu’en cas de panne moteur au décollage, il ne faut pas revenir vers la piste. À chaque briefing décollage, nous répétons qu’en cas de panne majeur, nous atterrirons droit devant sous un angle de plus ou moins 30°. Et pourtant, lorsqu’à l’issue d’une cloche, le moteur de mon CAP 230 s’est arrêté en descente verticale, j’ai mis en palier dans le silence, poussé la mixture, vérifié les magnétos et… fait un demi-tour vers la piste (que je n’ai pas rejointe d’ailleurs). Il y a quelques semaines, un de nos collègues s’est tué suite à un arrêt moteur au décollage, semble-t-il en tentant le virage impossible. « Virage Impossible » car il conduit trop souvent à un décrochage dynamique qui n’est rien d’autre qu’un départ brutal en vrille à basse hauteur avec le résultat qu’on devine. On peut donc s’interroger, jusqu’à quand allons-nous annoncer un truc que nous ne faisons pas, enfin, pas toujours ? Est-ce l’effroi qui nous paralyse ou pensons-nous que c’est jouable ? Car en effet, c’est parfois jouable, mais quand ?

[…]

L'actualité aéronautique