Le milieu de l’aviation légère est indéfectiblement attaché à ses moteurs, leur fiabilité, son essence… Ils ont permis de créer la confiance des hommes dans les aéronefs après la période d’essai des débuts de l’aéronautique. Cette confiance est inébranlable et Rotax a bien du mal à s’imposer face à la suprématie nord-américaine. Et cela même si dans certaines parties du monde, l’essence avion est devenue introuvable. Et pourtant, doucement, l’électrique se fraye un chemin dans ce monde d’énergie carbonée. Un constructeur est même parvenu à convaincre notre bonne vieille FFA qu’il y avait de bonnes raisons d’engager la transition énergétique en expérimentant l’utilisation d’un Alpha Electro, du constructeur Pipistrel, en club. Certains y voient un effet d’annonce ou du « greenwashing ». Ils ont tort. Il suffit de lister les programmes d’aéronefs volants avec des moteurs électriques pour se rendre compte de l’irruption de cette forme d’énergie dans nos futurs déplacements.

[…]