Alors qu’il est facultatif de contacter le Service d’Information de Vol (SIV) lorsque l’on pilote à vue, Seine Info aura pris en charge environ cent mille mouvements VFR cette année. Le chiffre est parlant, surtout quand on sait que les navigations de loisir ont lieu dans leur majorité le week-end, pendant les vacances et quand les conditions météo le permettent. On pourrait donc en déduire que le besoin de s’annoncer sur la fréquence des services d’information de vol est devenu naturel. Hélas, ce n’est pas le cas, il arrive régulièrement que des pilotes pénètrent dans des secteurs interdits ou se perdent ou se crashent en toute discrétion alors qu’un contrôleur était à la disposition pour les conseiller, les assister, bref, les tirer d’affaire. À la rédaction, nous avons arrêté de compter les fois où nous avons croisé des appareils dont le contrôle aérien n’en connaissait pas l’existence. Et nous participons encore à des discussions oiseuses sur la liberté à voler sans radio et sans transpondeur au nom du fameux « pas vu, pas pris », un adage qui date d’une époque où les avions légers n’avaient pas de TCAS et où les contrôleurs n’étaient pas au service des pilotes VFR, du moins spontanément.

[…]

L'actualité aéronautique