Par Martine Gay, Photographies AFFP et Michèle Bondin-Seignette.

Nouvelle rencontre entre femmes – et hommes – de l’air ce week-end de septembre pluvieux, très pluvieux… Lors des conférences sur les pilotes Adrienne Bolland et Marie Marvingt, le vent et la pluie redoublent sur le toit du hangar et donnent une réalité fantasmagorique aux témoignages sur ces pionnières de l’aviation du début du siècle. Imaginez : « Me voici aux pieds des Andes. Je suis entourée de murailles de plus de 5 000 mètres. Des tourbillons de vent bousculent l’avion dans tous les sens. Le froid est glacial et étouffant. Je n’ai pas d’inhalateur, mais les montagnards argentins m’ont dit avant l’envol que lorsque l’on a le mal des montagnes, du mal à respirer, il faut manger des oignons. Ça dilate les bronches. Alors j’ai mangé trois oignons là-haut. »*. Elle était aux commandes d’un Caudron G3 en 1921.

Laissez-moi vous présenter une autre femme de la même trempe que nos pionnières qui est la cheville ouvrière de l’organisation de ce rassemblement : Michèle Bondin-Seignette. Discrétion, diplomatie et action peuvent la qualifier. Elle a reçu la Médaille de l’Aéronautique en mars 2015 à l’Aéroclub de France. Remontons un peu le temps : la petite Michèle allait tous les week-ends avec son père pilote et sa mère sur le terrain de Saint-Cyr.

[…]