Après avoir connu régulièrement des faillites et des rachats depuis la création en 1929 de la première Mooney Aircraft Company par Al Mooney – ce qui n’a pas empêché le constructeur de produire plus de 12 000 petits avions d’exception en 88 ans, de toujours assurer un SAV, un service de pièces détachées et un suivi de navigabilité quelles que soient les difficultés rencontrées, l’équipe texane dirigée par le Taïwanais Jerry Chen depuis que le constructeur a été racheté en 2013 par un consortium chinois, s’est remise au travail pour faire du célèbre M20 un avion de son siècle, capable de concurrencer Cessna, Cirrus et autre Beechcraft. Les nouveautés vous sont connues car elles ont déjà fait l’objet d’un article : deux portes d’accès à la cabine au lieu d’une ; une coque en matériau composite qui vient recouvrir la cage d’acier qui sert de structure principale, calculée tellement solide que l’avion subit les outrages du temps sans vieillir, à l’instar du longeron principal testé à 12 g « seulement » car le banc de test de la FAA a alors cassé ; un design intérieur plus luxueux avec une sellerie bicolore ; l’ajout d’une console centrale à la planche de bord qui reçoit un clavier alphanumérique pour accélérer la gestion du G1000 et, ce qui est appréciable, quelques millimètres gagnés ça et là qui font une vraie différence.

[…]