Vérifier, recouper = Sécurité. C’était la thématique du dernier bulletin sécurité de la DSAC. Ce rapport met en cause la routine : « Lorsque des équipages réalisent des vérifications de routine de façon répétée au cours d’une longue période – et qu’ils ne se trouvent pas une seule fois confrontés à leur utilité sur le plan de la sécurité, ils peuvent être amenés à dévaloriser ces vérifications. » Ainsi que la distraction et l’interruption de tâche : « Le risque est alors qu’au moment de la reprise du cours de la pensée ou de l’action, des étapes de ce qui était entrepris puissent être omises. » Puis la précipitation, le hurry-up syndrome. La DSAC prend plusieurs événements pour exemples (généralement associés à des compagnies aériennes).

Ce bulletin aborde d’autres sujets comme un focus sur le rapport d’enquête sur le vol Air Asia mettant en cause un Airbus A320. Un rappel sur l’impact physiologique de l’alcool et sa non compatibilité avec le vol ! Avec pour conclusion que : « La problématique pour un pilote d’aviation de loisirs n’est pas tant de savoir d’il est au-dessus ou en dessous d’une éventuelle limite autorisée, mais d’avoir conscience que la consommation d’alcool, même faible, peut avoir un impact sur son comportement, ses réflexes ou ses prises de décisions. Cela d’autant plus qu’on a invité des proches à prendre place à bord. » Enfin, ce bulletin rapporte un certain nombre d’incidents et fait l’analyse de quelques événements. Lire le bulletin « Objectif Sécurité ».