Les changements sont importants : la limite d’utilisation de l’oxygène passe à 10 000 ft avec une franchise de 30 minutes pour le pilote et ce sans dépasser 13 000 ft. À partir de 13 000 ft, les passagers devront aussi passer sous oxygène, obligatoirement et en permanence [lire le rappel du Professeur Marotte pour les détails de la réglementation]. Avec ce nouveau règlement, nous voilà beaucoup plus près des altitudes que nous utilisons habituellement. Du coup, il va falloir repenser nos habitudes et ne pas oublier de se munir d’un système O2 dès lors que l’on prévoit de voler à ces hauteurs. Au-delà de l’obligation réglementaire, car il s’agit bien d’une obligation réglementaire, penchons-nous un peu sur les raisons qui devraient nous pousser à le faire spontanément et sans y réfléchir deux fois.

Nous avons tous étudié les effets de l’hypoxie pendant notre formation PPL. Nous savons donc tous que nous sommes sujets à la raréfaction de l’oxygène dans l’air en fonction de la croissance de l’altitude. Et nous ne sommes pas tous égaux devant l’hypoxie. Certes, les fumeurs seront plus exposés que les non-fumeurs mais bien d’autres critères entrent en jeu : fatigue, température et âge. Et tous ces facteurs sont cumulatifs.

[…]